Coordonnées

Fédération Française des Associations de Commerçants (FFAC)

Siège social :
Conseil du Commerce de France
40 boulevard Malesherbes / 75008 Paris
Contact Presse : Jean-Claude Delorme : 06 09 90 49 25 / Lionel Saugues: 06 24 72 62 27
Secrétariat : 09 50 03 28 54
Courriel : contact@ffacommercants.org
www.ffacommercants.org


Nous trouver Nous trouver

Retrouvez nous sur Twitter

Plaquette FFAC

Fédération Française des Associations de Commerçants

Télécharger des documents utiles sur le commerce

Albums

Archives

Mai

DiLuMaMeJeVeSa
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

<< A la demande de la Fédération Française des Associations de Commerçants, François HOLLANDE candidat à l’élection présidentielle se positionne sur le commerce | Résultat de l’enquête exclusive de la FCGA intitulée des tops et des flops des petites entreprises de l’artisanat, du commerce et des services en 2011 | Panorama du commerce de détail >>

Résultat de l’enquête exclusive de la FCGA intitulée des tops et des flops des petites entreprises de l’artisanat, du commerce et des services en 2011

Voici le résultat, secteur par secteur de l’enquête exclusive de la FCGA, réalisée en partenariat avec Banque Populaire et intitulée des « tops » et des « flops » des petites entreprises de l’artisanat, du commerce et des services en 2011. Pour en savoir plus : http://www.fcga.fr (Catégorie : Observatoire de la Petite Entreprise)

Les Tops
1. plâtriers-décorateurs : + 13,4 %
2. agences immobilières : + 9,6 %
3. électriciens et les entreprises de terrassement : + 7,8 % (ex-aequo)

Les Flops
1. magasins d’électroménager-TV-HIFI : -12,2 %
2. commerces de cycles et scooters : -8,4 %
3. studios photographiques : -7,4 %

Toutes professions confondues, le chiffre d’affaires des petites entreprises enregistre une hausse de 1,9 % en 2011 (contre +0,7 % en 2010). Globalement, l’indice d’activité des TPE se redresse et atteint un niveau légèrement supérieur au taux de croissance du PIB en 2011 (+1,7  %).

Pour autant, la reprise espérée en 2010 n’est pas au rendez-vous. L’année dernière, sur les 12 secteurs analysés, 6 seulement améliorent globalement leurs performances tandis que 6 autres affichent un niveau d’activité en recul ou comparable à l’année précédente.

Toutefois, ce diagnostic général dissimule d’importantes variations de chiffres d’affaires selon les professions. Il faut enfin relever que les améliorations relatives enregistrées en 2011 concernent  des secteurs dont l’indice d’activité est parfois inférieur ou égal à l’indice moyen (+1,9 %). C’est le cas dans deux familles professionnelles : la beauté-esthétique (+0,3 %) et le commerce de détail alimentaire (+1,9 %).

Avec un chiffre d’affaires en progression de +7,1 % (contre +2,9 % en 2010), le secteur « agriculture sylviculture ostréiculture » réalise la meilleure performance en 2011. Il s’agit essentiellement, dans l’échantillon statistique de la FCGA, d’entreprises spécialisées dans la création et l’entretien de parcs et jardin (+6,4 % contre +2,5 % en 2010).

Les professionnels du transport arrivent en seconde position avec un chiffre d’affaires en hausse de 4,3 % (contre +3,9 % en 2010). Les artisans du bâtiment (+4 %, après -1,4 % en 2010) et les prestataires de services, (+4,1 %) font quasiment jeu égal et se partagent la troisième place. Ces derniers perdent néanmoins un point par rapport à l’année 2010 (+5,1 %).

Au total, ce sont 56 professions de l’artisanat, du commerce et des services qui sont passées au crible de l’analyse statistique dans cette étude exclusive FCGA-Banque Populaire. D’où la grande disparité des performances qui sont parfois constatées au sein d’un même secteur d’activité. Tour d’horizon chiffré et commenté.

SUR LE PODIUM

1. plâtriers-décorateurs : + 13,4 %
Toutes professions confondues, c’est la meilleure performance enregistrée en 2011 (+13,4 %, contre -2,5 % 2010). Les artisans spécialisés dans les travaux de décoration plâtrerie tirent la croissance des métiers du bâtiment en 2011. Portés par l’émergence des nouveaux marchés liés à la performance énergétique, l’accessibilité et la perméabilité de l’air, les plâtriers tirent profit de la montée en puissance des nouvelles exigences réglementaires en termes de confort thermique et acoustique. Dans le neuf ou l’entretien-rénovation, les travaux destinés à optimiser la consommation énergétique des bâtiments restent un créneau porteur malgré une conjoncture plutôt morose au premier trimestre 2012 dans le secteur.

2. agences immobilières : + 9,6 %
En pleine « Web révolution », les quelques 40 000 agences immobilières retrouvent un niveau de croissance comparable à celui d’avant la crise. Une belle revanche pour les professionnels de la transaction immobilière ! Toutefois, après avoir essuyé une violente tempête économique - qui a profondément restructuré le marché - la profession doit aujourd’hui faire face à de nouveaux défis : guerre des prix imposée par les enseignes low-cost, concurrence impitoyable des agences sur Internet, exigence de nouveaux services et garanties qualitatives…

3. électriciens et les entreprises de terrassement : + 7,8 % (ex-aequo)
Ce sont deux professions de l’artisanat du bâtiment qui se partagent la troisième marche du podium. Les électriciens d’abord, qui bénéficient, eux aussi, des nouveaux marchés de la performance énergétique. Notamment celui des énergies alternatives. Les entreprises de terrassement ensuite. Ces dernières, qui interviennent souvent en sous-traitance sur des chantiers publics, bénéficient d’un contexte plutôt favorable (surtout en milieu urbain) avec la multiplication des investissements dans les grandes agglomérations. En 2011, selon la Fédération nationale des travaux publics (FNTP), le chiffre d’affaires du secteur a atteint 40,8 milliards d’euros.

EN FORME

Les principales professions dont le chiffre d’affaires s’améliore par rapport à l’année 2010 (même s’il est inférieur à l’indice moyen de 1,9 %).

Taxis-ambulances : +6,3 % (contre +1,5 %)

Débitants de tabacs-journaux-jeux : +6,1 % (contre +3,8 %)

Poissonniers-primeurs : +5,6 % (contre +0,2 %)

Menuiserie : +4,6 % (contre +1,6 % en 2010)

Maçonnerie : +4,1% (contre -3,7 % en 2010)

Libraires : +4,1 % (contre -2,5 %)

Peinture en bâtiment : +3,2 % (contre +1,2 % en 2010)

Pâtisserie : +2,9 % (contre +2,7 %)

Couverture : +2,9 % (contre 0,2 % en 2010)

Charcuterie : +2,8 % (contre -1,1 %)

Prothésistes dentaires : +2,7 % (contre -3,8 %)

Restauration pure : +2,2 % (contre +1,1 % en 2010)

Entreprises de carrelage-faïence : +2 % (contre -1,1 % en 2010)

Boucherie-charcuterie : +1,7 % (contre -0,3%)

Crémiers fromagers : +1,7 % (contre -2,5 %)

Esthétique : +1,6 % (contre +0,8 %)

Cafés : +1,5 % (contre -1,3 % en 2010)

Hôtels-restaurants : +1,2 % (contre +0,3 % en 2010)

Boulangerie-pâtisserie : +1,2 % (contre -0,5 %)

Plomberie-chauffage-sanitaire : +0,2 % (contre -2,9 % en 2010)

Coiffure : +0,2 % (contre -0,6 %)

DANS LE ROUGE

1. magasins d’électroménager-TV-HIFI : -12,2 %
La fin du providentiel « effet TNT » qui avait dopé les ventes des postes de télévision en 2010 a replongé les magasins spécialisés dans la morosité. Globalement, le marché de l’électroménager est resté stable en 2011, avec 7,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Mais les circuits traditionnels de distribution n’ont visiblement pas profité de cette manne. Selon le groupement interprofessionnel des fabricants d’appareils d’équipement ménagers (GIFAM), il s’est vendu 15 millions de gros appareils électroménagers (réfrigérateurs, congélateurs, cuisines intégrées) et 41 millions de petits équipements (robots, kitchen machines, centrifugeuses…).

2. commerces de cycles et scooters : -8,4 %
Ces points de ventes spécialisés souffrent de la triple et féroce concurrence des grandes enseignes dédiées, de l’offre de la grande distribution (vélos) et du marché de l’occasion entre particuliers (notamment via Internet). Côté chiffres, les tendances varient selon le type de cycles. Si le vélo, dans sa version classique (+6,5 %) connaît toujours un beau succès populaire, il rétropédale lorsqu’il est muni d’une assistance électrique (-2,6 %) selon l’Observatoire du cycle. Côté scooters, le recul est encore plus important : -6,8 %.  Sur le marché de l’occasion, les échanges sont plus dynamiques avec une hausse de 7,8 % pour un volume d’environ 550 000 immatriculations (motos et scooters confondus).

3. studios photographiques : -7,4 %
-7,4 % en 2011 : vers la fin du traditionnel « comptoir photo » ? A l’ère du numérique, les consommateurs ont tendance à se passer des services des professionnels (prises de vues, tirages…). Ils s’équipent en appareils sophistiqués (plus de 70 % des foyers équipés selon le Syndicat des entreprises de l’image, de la photo et de la communication) et effectuent leurs tirages sur des bornes interactives. Les magasins de proximité remportent tout de même une belle victoire, en 2011 : la fin de la concurrence déloyale que leur infligeaient 2000 mairies équipées en cabines numériques pour la délivrance de photographies d’identité sécurisées pour les passeports.

ET AUSSI

Carrosserie automobile (-0,6 %, contre 10 % en 2010), transporteurs de marchandises (+0,5 % contre +6 % en 2010), vente et la réparation automobile (-2,1 % contre +2,8 % en 2010), parfumerie (-0,8 % contre +0,4 %)…

Pour mémoire, la FCA c’est 400 000 petites entreprises (TPE) et 114 Centres de Gestion Agréés (CGA) dont 92 % des entreprises nationales ont moins de 10 salariés , 2 000 000 d’emplois salariés et non salariés, 70 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 6 000 experts-comptables correspondants.

Publié le 07 mai 2012 à 14:58:40 dans Actualité | Commentaires (0) |

Commentaires non autorisés sur ce blog

Des solutions adaptées pour les commerçants en matière de santé, prévoyance et retraite

Club Avantages

Chiffres clés commerce proximité

Plus de 6 000 associations de commerçants
465 000 commerces de détail
Commerce de détail : 390 Md€
Commerce de détail : 75 Md€ de valeur ajoutée
Emplois : 1,2 millions

Logos Partenaires

 

Rechercher

  • Propulsé par i-citoyen