Coordonnées

Fédération Française des Associations de Commerçants (FFAC)

Siège social :
Conseil du Commerce de France
40 boulevard Malesherbes / 75008 Paris
Contact Presse : Jean-Claude Delorme : 06 09 90 49 25 / Lionel Saugues: 06 25 77 50 46
Secrétariat : 09 50 03 28 54
Courriel : contact@ffacommercants.org
www.ffacommercants.org


Nous trouver Nous trouver

Retrouvez nous sur Twitter

Plaquette FFAC

Fédération Française des Associations de Commerçants

Télécharger des documents utiles sur le commerce

Albums

Archives

Décembre

DiLuMaMeJeVeSa
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Saint Etienne, une des villes pionnières du management de centre-ville en France - La première en Rhône Alpes

                   

La nouvelle fonction de management de centre-ville importée des pays anglo-saxons (Canada, Grande Bretagne, ...) et de la Belgique (Wallonie, Bruxelles, ...) est un concept qui a été développé dans les centres-villes français récemment.

Le management de centre-ville ou gestion de centre-ville réunit l'ensemble des acteurs économiques publics et privés du centre-ville (Ville, CCI, CMA, associations à vocation économique, commerçants, ...) et peut regrouper autour de ce partenariat d'autres acteurs tels que les gestionnaires de parkings et de transports en commun, l'Office de Tourisme, les cinémas, les sociétés bancaires et immobilières, les acteurs culturels, ...

L'objectif général de ce type de dispositif est de faire que l'ensemble des acteurs et partenaires locaux donne aux consommateurs de bonnes raisons d'être des clients de commerce de centre ville,  en développant :

  • Une amélioration de l'accessibilité et du stationnement associée à un développement adapté des transports en commun
  • Une amélioration de l'offre commerciale
  • Une meilleure gestion de la qualité de vie et de la sécurité
  • Un dispositif global reposant sur une meilleure gestion du centre-ville
  • Une meilleure promotion et une valorisation du centre-ville
  • Une recherche de nouveaux investisseurs
  • Une réflexion partagée sur l'habitat, ...

Une démarche de management de centre-ville a été initiée dès 2000 à Saint Etienne par la Chambre de Commerce et d'Industrie avec pour objectif de renforcer l'attractivité du centre-ville de la 2e ville de Rhône Alpes et d'améliorer le cadre de vie de ce territoire qui compte plus de 1 000 boutiques et bénéficie d'une zone de chalandise de près de 500 000 habitants. Saint Etienne a été une des premières villes de France et la 1ère de Rhône Alpes à lancer un dispositif de ce type avec l'appui de l'association belge de management de centre-ville (AMCV).

L'engagement dans ce programme des 4 principaux partenaires du centre-ville stéphanois (Ville, CCI, CMA et commerçants) est le fruit d'une réflexion collective formalisée par la signature d'une charte d'engagement le 26 novembre 2001. La mise en œuvre opérationnelle du management de centre-ville a été confiée à une structure indépendante et partenariale créée le 8 février 2002 sous la forme d'une association loi 1901 : Sainté Centre-Ville.

Depuis près de 7 ans maintenant, Sainté Centre Ville a développé de nombreuses actions de dynamisation grâce  à son budget annuel de 200 000 € financé à hauteur de plus de 30 % par des fonds privés : gestion des fonctions urbaines (livraisons, propreté, accessibilité, ambiance et illuminations), stratégie et prospective commerciale (observatoires, plan local d'urbanisme, grands projets urbains), services à la clientèle (extension des horaires d'ouverture, offre d'heures de stationnement et de transports en commun, consigne, garderie d'enfants), actions de communication et de promotion (chèques cadeaux, lettre interne, e-shopping, marketing territorial), actions promotionnelles dans le cadre d'événements partenaires institutionnels (Fête du Livre, Biennale International du Design, Design&Shop, Commerce en fête ...).

Plus récemment, Sainté Centre Ville a mis en place le 1er système électronique de comptage de flux piétons développé en milieu urbain. Nous vous présenterons cet outil innovant dans un prochain billet.

Contacts :

Marie CUMER, Manager Sainté Centre Ville / Tél : 04 77 32 88 15 / E-Mail : sainte.centreville@wanadoo.fr

Web : www.saint-e-centreville.com

A télécharger slides de présentation de Sainté Centre Ville

Publié le 09 août 2008 à 09:40:09 dans Management centre ville | Commentaires (0) |

Nos documents

Texte mis en ligne le 9 septembre prochain

Publié le 08 août 2008 à 13:04:15 dans Nos documents | Commentaires (0) |

Proposition d'affecter une partie de la TACA à la structuration des associations de commerçants

 

Le Conseil d'Administration de la Fédération Française des Associations de Commerçants (FFAC) qui s'est réuni le mardi 9 septembre à Paris a décidé de proposer à Monsieur NOVELLI, Secrétaire d'Etat au Commerce et à l'Artisanat, de dédier une partie de la TACA à la structuration des associations de commerçants.

C'est ainsi que sous l'égide des différentes Délégations Régionales au Commerce et à l'Artisanat (DRCA) les unions commerciales pourraient, sous certaines conditions qui restent à définir, déposer un dossier de demande de co financement d'un poste : managers de centre ville, chargés de mission ou autres animateurs commerce.

Les règles de financement pourraient être similaires à celles du FISAC avec un plafonnement de 15 000 euros de subvention par période retenue (un ou deux ans).

Les partenaires traditionnels que sont les collectivités et les chambres consulaires seraient signataires d'une convention commune.

Ce nouveau dispositif, plus souple que le FISAC, permettrait ainsi de poursuivre les actions de développement du commerce à l'issue d'un FISAC ou de créer sur certains territoires les conditions nécessaires à l'élaboration d'un dossier FISAC.

Publié le 08 août 2008 à 12:52:28 dans Positions sur la TACA | Commentaires (0) |

Position de la Fédération Française des Associations de Commerçants sur l'ouverture des commerces le dimanche

 

L'ouverture des commerces le dimanche est un débat récurrent.

Le 13 juillet 1906, après un siècle de débat, l'Assemblée nationale, à l'unanimité, votait le principe du repos dominical pour les travailleurs.

Aujourd'hui, ce que nos anciens ont mis en place est remis en cause alors que le repos dominical constitue un pilier de notre société.

Le dimanche est un point fixe structurant, permettant de se retrouver et de consolider la cellule familiale de plus en plus éclatée et dispersée. C'est aussi un temps privilégié pour les activités culturelles, sportives, ludiques, touristiques, associatives...

  •  Pourquoi remplacer la civilisation du loisir par celle du chariot?

Les commerces n'ont pas vocation à l'éducation sportive, culturelle ou ludique des enfants.

Une ouverture dominicale généralisée serait néfaste pour l'équilibre des diverses formes de commerce et notamment pour le commerce de proximité.

En effet, la grande distribution plus flexible et souple s'adapterait très bien à cette nouvelle organisation, ce qui est impossible pour les commerces indépendants que nous défendons. Ces derniers seront, pour la plupart, incapables de proposer à leur clientèle une ouverture le dimanche faute de personnel et de flexibilité. Les investissements nécessaires seraient trop importants.

Selon une enquête de la CGPME, 79% des commerçants estiment que, s'ils devaient ouvrir leur commerce le dimanche, leur activité ne leur permettrait pas de remplacer les membres de leur personnel.

La plupart des commerces de proximité comptent en moyenne 2 salariés ce qui rend impossible un roulement dans l'entreprise sur 7 jours. Cette impossibilité engendrera un déplacement des parts de marché et un déséquilibre économique en faveur de la grande distribution.

  •  Ouverture dominicale : un faux levier économique

Certains clament le fabuleux effet de levier de l'ouverture dominicale sur la consommation. Hors 1 euro est 1 euro, qu'il soit dépensé le samedi ou le dimanche. En effet, le pouvoir d'achat n'est pas extensible et ce n'est pas en élargissant les horaires d'ouverture que les clients dépenseront plus. Il ne s'agira que d'un déplacement dans le temps d'une dépense qui ne varie pas. Les parts de marché prises le dimanche se traduiront par une diminution de la rentabilité des jours de la semaine.

Pis encore, la généralisation de la commercialisation des produits 7 jours sur 7 entraînera pour les consommateurs un surcoût quasi immédiat, qui s'explique par une hausse des charges de l'entreprise d'environ.

  • Perte d'emplois et accroissement de l'emploi précaire

L'étalement du chiffre d'affaires du lundi au dimanche ne permettra pas de créer des emplois. Seule la masse salariale augmentera. Les prévisions du ministère du travail montrent que l'ouverture de tous les commerces 7 jours sur 7 se traduira par une perte de 30 000 emplois dans les deux premières années.

L'emploi occasionnel du dimanche constitue un personnel non professionnel, non motivé et en perpétuel renouvellement. Le travail le dimanche ne crée pas d'emploi pérenne. Au contraire, il accentue le travail précaire et créé un climat d'inconfort et de mal être social.

  • Répercutions sur les autres secteurs d'activité

Une extension généralisée de l'ouverture dominicale des commerces entraîneraient des modifications structurelles substantielles dans l'organisation du fonctionnement de la société, impliquant nombre d'autres professions à ouvrir également et notamment les services publics, les services à la personne et les services de logistique et de maintenance.

  • Du point de vue des entreprises :

Une enquête menée par la CGPME sur l'ouverture dominicale des commerces, en décembre 2006, montre que les commerces ne souhaitent pas non plus voire se généraliser l'ouverture dominicale.

90 % d'entre eux souhaitent en effet que le repos hebdomadaire reste dominical et 80 % souhaitent le maintien des 5 autorisations d'ouverture collective données par le maire.

  • Pollution : des flux routiers supplémentaires et plus de consommation d'énergie

Une ouverture généralisée le dimanche des commerces ouvre une voie supplémentaire à l'augmentation de la pollution atmosphérique et sonore engendrée par l'accroissement des flux routiers et la consommation supplémentaire d'énergie des magasins.

Publié le 08 août 2008 à 12:51:47 dans Ouverture des commerces le dimanche | Commentaires (0) |

<< |1| 2| 3| 4| 5| 6| 7| 8| 9| 10| 11| 12| 13| 14| 15| 16| 17| 18| 19| 20| 21| 22| 23| 24| 25| 26| 27| 28| 29| 30| 31| 32| 33| 34| 35| 36| 37| 38| 39| 40| 41| 42| 43| 44| 45| 46| 47| 48| 49| 50| 51| 52| 53| 54| 55| 56| 57| 58| 59| 60| 61| >>

Tous les derniers titres

Des solutions adaptées pour les commerçants en matière de santé, prévoyance et retraite

Des solutions adaptées pour les commerçants en matière de gaz et d électricité

Club Avantages

Chiffres clés commerce proximité

Plus de 6 000 associations de commerçants
465 000 commerces de détail
Commerce de détail : 390 Md€
Commerce de détail : 75 Md€ de valeur ajoutée
Emplois : 1,2 millions

Logos Partenaires

 

Rechercher

  • Propulsé par i-citoyen