Coordonnées

Fédération Française des Associations de Commerçants (FFAC)

Siège social :
Conseil du Commerce de France
40 boulevard Malesherbes / 75008 Paris
Contact Presse : Jean-Claude Delorme : 06 09 90 49 25 / Lionel Saugues: 06 25 77 50 46
Secrétariat : 09 50 77 34 54
Courriel : contact@ffacommercants.org
www.ffacommercants.org


Nous trouver Nous trouver

Retrouvez nous sur Twitter

Plaquette FFAC

Chiffres clés commerce proximité

Plus de 6 000 associations de commerçants
465 000 commerces de détail
Commerce de détail : 390 Md€
Commerce de détail : 75 Md€ de valeur ajoutée
Emplois : 1,2 millions

Télécharger des documents utiles sur le commerce

Albums

Archives

Mai

DiLuMaMeJeVeSa
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Communiqué de presse sur les soldes d'hiver

COMMUNIQUE DE PRESSE

De la Fédération Française des Associations de Commerçants

Le 9 janvier 2017 

Les soldes d’hiver, débuteront très tardivement cette année, à partir du mercredi 11 février 2016 et ce pour une période de six semaines.

Dans un contexte économique toujours aussi difficile pour les commerçants indépendants, un contexte sécuritaire inquiétant et après un mois de décembre qui s’est avéré décevant en matière d’activité, l’enjeu de ces soldes est donc important avec, à la clé, jusqu’à 20 ou 30% de leur chiffre d’affaires annuel. Désormais, les commerçants espèrent le grand rush et pour ce faire devraient débuter les soldes avec des grosses remises et une première démarque importante d’au minimum 30%, voire même de 40 à 50 % dans certaines boutiques.

La concurrence des sites de vente marchands sur Internet, la pré-période de soldes commencée bien avant Noël avec des ventes privées, des déstockages massifs, contrevenant parfois aux règles en vigueur et faussant le jeu normal de la concurrence risquent malheureusement d’atténuer les effets attendus de ces soldes d’hiver pour les commerçants de centre-ville. Les raisons de cette situation sont multiples avec de nouveaux modes de consommation pour la clientèle qui modifient le fonctionnement des commerces et la disparition des règles de saine concurrence entre tous les acteurs. La course constante aux promotions que nous connaissons depuis plusieurs années maintenant habituent également les consommateurs aux rabais et fragilisent très fortement les indépendants qui souvent se trouvent dans l’impossibilité de suivre le rythme et l’intensité des fausses promotions, fausses ventes privées, faux soldes et autres astuces pour contourner les règles. Au final, c’est la situation des commerces indépendants qui, rappelons-le, contribuent à l’attractivité et à l’animation des cœurs des villes qui est en question.

Selon un sondage Toluna pour le magazine LSA, les français prévoient de dépenses 221,78 € en moyenne pendant les soldes d’hiver cette année, un budget en hausse de 2,9% par rapport à 2016.

Nos commerçants indépendants de centre-ville seront dès mercredi prochain sur le pont, aux aurores, pour accueillir leurs clients partout en France et espèrent que les soldes d’hiver seront cette année un meilleur cru que les années précédentes.

---------------------------------------------------------------------------------------------

 A quoi servent les soldes pour les commerçants ?

Les soldes restent pour les commerçants une période cruciale à ne pas rater. Ils correspondent à une réalité économique et climatique avec un changement de saison et de garde-robe. Les soldes permettent d’écouler leurs marchandises de la saison passée pour faire de la place pour la prochaine collection. S’ils ne le font pas à ce moment précis, leur stock est dévalorisé. C’est également le moment où les commerçants reconstituent une trésorerie pour pouvoir acheter leur collection des saisons prochaines.

 Les articles achetés en soldes doivent bénéficier des mêmes garanties que les autres articles. L’annonce «ni repris ni échangé» ne dispense donc pas le vendeur d’échanger ou de rembourser l’article en cas de vice caché (article 1641 du Code civil). A l’inverse, si les imperfections ou malfaçons sont aisément détectables par le consommateur, l’article 1641 du Code de civil ne peut pas s’appliquer.

 Il est à noter que les premières lois réglementant les soldes datent de 1906 et que les dates des soldes s’appliquent également aux ventes à distance et à celles réalisées via Internet, quel que soit le lieu du siège de l’entreprise.

---------------------------------------------------------------------------------------------

Contact presse : Lionel Saugues / Vice-Président / Tel : 06 25 77 50 46

Publié le 09 janvier 2017 à 12:08:14 dans Actualité | Commentaires (0) |

Voeux 2017

Publié le 06 janvier 2017 à 16:31:14 dans Actualité | Commentaires (0) |

Position de la Fédération Française des Associations de Commerçants sur la mise en place d'un dispositif de circulation alternée.

La Confédération des Commerçants de France a publié, vendredi 12 décembre, un communiqué de presse au sujet de la mise en place d’un dispositif de circulation alternée.

La Fédération Française des Associations de Commerçants considère que s’agissant de ce sujet il aurait été opportun de faire usage de d’avantage d’anticipation et de concertation notamment au regard de cette période (les fêtes de fin d’année) qui représente pour les commerçants et artisans une partie non négligeable de leur chiffre d’affaire annuel.

Le sujet de la lutte contre la pollution est légitime et mérite la mobilisation de tous. Il appartient aux pouvoirs publics d’agir de manière raisonnée en évitant, autant que possible, de fragiliser l’activité d’acteurs économiques ce qui in fine ne résoudra pas le problème.

Fédération Française des Associations de Commerçants

Voici les éléments du communiqué de presse de la Confédération des Commerçants de France intitulé : Non à la circulation alternée !
Les mesures prises dans la ville de Paris et certaines autres grandes villes de France pour réguler la pollution qui représente certes de graves problèmes pour l’humanité risquent d’impacter sévèrement l’activité économique des zones concernées.

Cette décision s’inscrit dans un climat déjà morose pour le commerce avec une baisse du tourisme causée par une tendance sécuritaire et de propos prononcés au plus haut niveau de l’Etat décrivant une France «en guerre».

Concernant Paris, la fermeture des voies sur berges, sans concertation et sans proposition d’alternative perturbe l’accès à la capitale et accentue considérablement la pollution sans oublier l’enlèvement sauvage des voitures en stationnement, le plus souvent dans des rues commerçantes le samedi par des sociétés privées. 

Madame la Maire de Paris, trop c’est trop ! Arrêtons de nous prendre en otage. 

Le monde politique devrait faire confiance aux français. Ils ont du bon sens et représentent l’âme et la force de notre pays».

Publié le 17 décembre 2016 à 10:47:10 dans Actualité | Commentaires (0) |

Un «Club-Avantages» de type comité d’entreprise pour les salariés des associations de commerçants

La Fédération Française des Associations de Commerçants soucieuse d’accompagner les associations de commerçants a souhaité innover en proposant à ces dernières pour leurs adhérents et leurs salariés son «Club-Avantages».

Cette opération s’inscrit dans un objectif de valorisation, de développement et de soutien du commerce. Pour mémoire, au niveau national on dénombre de l’ordre de 6 000 associations de commerçants.

Ce «Club-Avantages» permettra aux commerçants et à leurs salariés de bénéficier d’avantages de type comité d’entreprise qui sont en général l’apanage des entreprises de plus de 50 salariés et plus particulièrement des grandes entreprises et administrations.

Ce dispositif, appliqué à l’échelle nationale via une plateforme Internet, participe à rendre au niveau social les métiers du commerce plus attractifs pour ceux qui souhaiteraient y travailler. Il permet également de compléter la politique sociale des commerçants vis-à-vis de leurs salariés. À cet effet, et pour une utilisation simplifiée, la Fédération Française des Associations de Commerçants a développé une plateforme «Club-Avantages» sur Internet dans le cadre d’un partenariat conclu avec une structure spécialisée sur ce type de problématiques.

Parmi les offres proposées par le «Club-Avantages», on peut citer des tarifs préférentiels sur : leurs entrées de spectacles, de concerts, de cinéma, de parcs d’attraction, animaliers, sur leurs abonnements presse, leurs séjours en vacances, leurs traversées en ferry, leurs cures bien-être, leurs locations de matériel, etc. Sans engagement et pour un coût de 2€ seulement par an (correspondant aux frais de création de leur compte et de leur carte membre).

Ce procédé offre des tarifs de 5 à 50 % moins chers que les prix habituels et ce en fonction des produits et des périodes.

Les salariés d’un commerce adhérant à une association de commerçants pourront à tout moment effectuer leur adhésion grâce au site Internet mis en place par la Fédération Française des Associations de Commerçants.

Il s’agit d’une première au niveau national pour le commerce de proximité. À terme, la Fédération Française des Associations de ffacommercants.org Commerçants espère aller encore plus loin en développant un processus d’achats groupés.

Pour plus d'informations : contact@ffacommercants.org / T. 06 42 70 75 29

Publié le 29 novembre 2016 à 09:46:07 dans Actualité | Commentaires (0) |

2015, année de la reprise dans le commerce de proximité ?

Stabilité des ventes et amélioration de la rentabilité !  Ce sont les deux tendances clés du commerce, des services et de l’artisanat du bâtiment en 2015.
C’est ce que révèle l’étude «Chiffres et Commentaires» que vient de publier la Fédération des Centres de Gestion Agrées (FCGA) qui repose sur 76 professions  analysées, 11 secteurs passés au crible,.

En 2015, selon l’INSEE, les ventes TTC du commerce de détail et de l’artisanat commercial (boulangeries, pâtisseries, charcuteries) atteignent 494 milliards d’euros TTC. Soit une hausse de 1,8% en volume par rapport à l’année précédente.

Toujours selon la même source, dans le commerce et la réparation automobile, le chiffre d’affaires bondit de 3,7% et s’élève à 110 milliards d’euros.

Comme en 2014, ce sont surtout les magasins du secteur non alimentaire (+ 2,7%) qui tirent profit de l’amélioration sensible du pouvoir d’achat des ménages. A noter : la remarquable performance des commerces spécialisés en biens culturels et loisirs (+ 3,2%) dont les ventes s’élèvent à 25 milliards d’euros.

LA REVANCHE DES GARAGISTES
L’étude statistique menée par la FCGA sur les exercices clos en 2015 de 183 000 petites entreprises du commerce de détail, de l’artisanat commercial, des services et de l’artisanat du bâtiment met aussi en relief le dynamisme du secteur auto-moto.

Malgré un taux d’activité identique à celui de l’année dernière (- 0,9%), les professionnels de la vente et de la réparation automobile se hissent à la deuxième marche du podium de la rentabilité des TPE en 2015 avec un résultat courant en hausse de 2,1% (contre - 1,9% en 2014).

Une tendance confirmée par l’INSEE qui souligne la «croissance vigoureuse» de ce secteur (+ 3,7% en 2015 selon l’institut public).

Plus généralement, pour l’ensemble des professions analysées, l’étude Chiffres et Commentaires de la FCGA révèle deux tendances majeures :

  • Une stabilité relative de l’activité avec un chiffre d’affaires moyen en baisse de 0,9% (contre - 1,0% en 2014),
  • Une nette amélioration de la rentabilité avec un résultat courant net moyen en hausse relative de - 0,8% (contre - 3,4% en 2014).

LES SERVICES TOUJOURS EN TETE
Sur les 11 secteurs professionnels étudiés, deux seulement présentent un chiffre d’affaires en hausse réellement positive : les services : + 1,4% (contre + 1,1% en 2014) et les transports + 0,9% (contre + 0,9% en 2014).

L’année dernière, les services figuraient déjà en tête des secteurs réalisant les plus fortes progressions de ventes. Les entreprises de la branche enregistrent également un résultat courant en progression de 1,1% (contre - 0,4% l’année précédente).

En 2015, 3 autres familles professionnelles stabilisent globalement leurs ventes par rapport à l’année précédente, avec des variations minimes de volume :

  • L’hôtellerie-restauration : - 0,1% (contre - 0,7% en 2014),
  • Le commerce de détail alimentaire : - 0,2% (contre + 0,5% en 2014),
  • La beauté-esthétique : - 0,2% (contre 0,0% en 2014).

Tandis que les 6 derniers secteurs d’activité affichent des chiffres d’affaires en repli :

  • L’auto-moto : - 0,9% (contre - 0,9% en 2014),
  • L’équipement de la maison : - 1,0% (contre - 2,2% en 2014),
  • La santé : - 1,1% (contre - 0,9% en 2014),
  • La culture et les loisirs : - 1,2% (contre - 1,1% en 2014),
  • Le bâtiment : - 1,4 (contre - 1,5% en 2014),
  • L’équipement de la personne : - 2,4% (contre - 2,1% en 2014).

UNE MEILLEURE RENTABILITE
En moyenne, le résultat courant des petites entreprises chute de - 0,8% en 2015 (contre - 3,4% en 2014). Principale explication à cette amélioration de la rentabilité : des charges mieux maîtrisées et une gestion plus rigoureuse de la trésorerie dans les TPE du commerce, des services et de l’artisanat.

Parmi les plus fortes hausses :

  • Les transports : + 2,2%
  • L’auto-moto : + 2,1%
  • La culture et les loisirs : + 1,2%

Parmi les plus fortes baisses :

  • L’équipement de la personne : - 2,2%
  • La santé : - 1,4%
  • L’artisanat du bâtiment : - 1,3%

LE PALMARES DES REVENUS NETS
Sur le podium des professions qui gagnent le plus en 2015, on trouve :

  • Les pharmaciens d’officine : 144 500 € (2014 : 144 900 €)
  • Les opticiens : 63 000 € (2014 : 60 400 €)
  • Les ambulanciers et les taxis-ambulances : 61 400 € (2014 : 52 000 €)

Et aussi…
Les débitants de tabacs-jeux-journaux (46 200 €), les prothésistes-dentaires (45 800 €), les cafetiers et débitants de tabacs-jeux (44 600 €), les agents immobiliers (39 700 €)…

En bas de tableau, les trois professions qui gagnent le moins sont :

  • Les coiffeurs à domicile : 11 000 € (2014 : 10 800 €)
  • Les toiletteurs animaliers : 12 500 € (2014 : 12 300 €)
  • Les exploitants de mercerie :14 300 € (2014 : 13 700 €)

Et aussi…
Les esthéticiennes (14 800 €), les blanchisseries-pressing (15 700 €), les esthéticiennes-parfumerie (15 800 €) et les coiffeurs (17 900 €) …

Pour information, la Fédération des Centres de Gestion Agrées (FCGA) c’est près de 300 000 petites entreprises (TPE) et 103 Centres de Gestion Agréés (CGA)

Publié le 25 octobre 2016 à 14:37:44 dans Actualité | Commentaires (0) |

<< |1| 2| 3| 4| 5| 6| 7| 8| 9| 10| 11| 12| 13| 14| 15| 16| 17| 18| 19| 20| 21| 22| 23| 24| 25| 26| 27| 28| 29| 30| 31| 32| 33| 34| 35| 36| 37| 38| 39| 40| 41| 42| 43| 44| 45| 46| 47| 48| 49| 50| 51| 52| 53| 54| 55| 56| 57| 58| 59| 60| >>