Coordonnées

Fédération Française des Associations de Commerçants (FFAC)

Siège social :
Conseil du Commerce de France
40 boulevard Malesherbes / 75008 Paris
Contact Presse : Jean-Claude Delorme : 06 09 90 49 25 / Lionel Saugues: 06 25 77 50 46
Secrétariat : 09 50 03 28 54
Courriel : contact@ffacommercants.org
www.ffacommercants.org


Nous trouver Nous trouver

Retrouvez nous sur Twitter

Plaquette FFAC

Fédération Française des Associations de Commerçants

Télécharger des documents utiles sur le commerce

Albums

Archives

Août

DiLuMaMeJeVeSa
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

L’INSEE publie son indice des prix de juillet pour la grande distribution

En juillet 2012, les prix des produits de grande consommation sont en hausse de 0,2 % et augmentent de 1,5 % sur un an.

Dans la grande distribution, les prix des produits de grande consommation sont en hausse de 0,2 % en juillet 2012, après une stabilité en juin 2012. Sur un an, les prix augmentent de 1,5 %.
En juillet 2012, les prix sont supérieurs de 1,5 % à ceux de l’an dernier. En juillet 2011, ils étaient supérieurs de 2,7 % à ceux de juillet 2010.

Les prix sont stables dans les hypermarchés et en hausse dans les supermarchés.

Dans les hypermarchés, les prix des produits de grande consommation sont stables en juillet 2012, après une hausse de 0,2 % en juin 2012.
Sur un an, les prix des produits de grande consommation dans les hypermarchés s’accroissent de 1,2 %. En juillet 2011, leur variation annuelle était de +2,9 %.

Dans les supermarchés, les prix des produits de grande consommation sont en hausse de 0,2 % en juillet 2012, après une baisse de 0,1 % en juin 2012.
Sur un an, les prix des produits de grande consommation dans les supermarchés s’accroissent de 1,7 %. En juillet 2011, leur variation annuelle était de +2,5 %.

Dans les autres formes de vente, les prix augmentent légèrement (+0,1 %)
Les prix des produits de grande consommation dans les autres formes de vente augmentent légèrement : +0,1 % en juillet 2012, après un accroissement de 0,2 % en juin.
Sur un an, les prix sont en hausse de 4,3 %. En juillet 2011, leur variation annuelle était de +3,5 %.

Les prix des produits alimentaires (hors produits frais) augmentent de 0,2 %.
En juillet 2012, dans la grande distribution, les prix des produits alimentaires (hors produits frais) augmentent de 0,2 %. Ils étaient en baisse de 0,1 % en juin 2012. Sur un an, les prix s’accroissent de 1,6 %. En juillet 2011, leur variation annuelle était de +3,2 %.

En juillet 2012, les prix des viandes s’accroissent légèrement (+0,1 % ; +2,0 % sur un an), après une stabilité en juin. En juillet 2011, la variation annuelle du prix des viandes était de +3,4 %.

Les prix des boissons sont également en légère hausse en juillet 2012 (+0,2 % ; +3,3 % sur un an), après une stabilité en juin. Cette évolution est la résultante de la hausse des prix des alcools et des vins, cidres et champagne et de la baisse des prix des eaux minérales et de source (en raison de promotions). En juillet 2011, la variation annuelle des prix des boissons était de +2,7 %.

Les prix des autres produits alimentaires augmentent également légèrement en juillet 2012 (+0,1 % ; +0,7 % sur un an), après une stabilité en juin. En juillet 2011, la variation annuelle des prix des autres produits alimentaires était de +3,2 %.

Les prix des produits d’entretien et de l’hygiène et beauté sont stables.
En juillet 2012, les prix des produits d’entretien et d’hygiène et beauté sont stables, après une augmentation de 0,3 % en juin.
Sur un an, les prix des produits d’entretien et de l’hygiène et beauté croissent de 0,7 % en juillet 2012. En juillet 2011, leur variation annuelle était de +0,5 %.

Publié le 16 août 2012 à 09:23:34 dans Actualité | Commentaires (0) |

Le Procos, fédération pour l’urbanisme et le développement du commerce spécialisé, publie son panel pour le premier trimestre 2012

Le POCOS, fédération pour l’urbanisme et le développement du commerce spécialisé, qui représente 260 enseignes du commerce spécialisé et près de 60.000 points de vente vient de publier son panel pour le premier trimestre 2012.

Il en ressort que le premier semestre a été sans croissance pour le commerce spécialisé.

L’activité du commerce spécialisé se replie en finissant le mois de juin 2012 à – 0,8 % (par rapport à juin 2011, à périmètre comparable), selon l’enquête de panel mensuel de PROCOS (50 enseignes interrogées sur leurs performances dans 50 pôles de référence, situés dans 15 agglomérations).

Cette chute se réfère à un historique favorable : le mois de juin 2011 avait fini à + 7,4 %.

Juin 2011 ne comptait que 4 samedis (contre 5 en 2012) et deux jours fériés (l’Ascension et la Pentecôte tombaient en juin l’année dernière). Ainsi, à nombre de jours ouvrables comparables, la dégradation de l’activité est plus importante.

Du côté des boutiques, les rues de centre ville résistent, à + 0,5 %, devant les galeries marchandes de centre ville, à zéro. Les galeries marchandes de périphérie restent toujours en retrait, à - 0,9 %.

Les écarts entre sites s’avèrent toutefois très faibles. Du côté des moyennes surfaces, les parcs d’activités commerciales chutent de - 1,9 %.

Les secteurs de l’alimentaire spécialisé et de l’hygiène beauté santé, tous deux liés au « soin de soi », se maintiennent. L’équipement de la personne fi nit le mois à zéro (avec des performances très hétérogènes d’une enseigne à l’autre). Les secteurs de l’équipement de la maison, de la restauration, la culture et des loisirs restent en revanche en retrait.

Sur le semestre, la timide embellie observée au cours du premier trimestre (+ 2,1 %) a finalement été absorbée par la baisse d’activité au second trimestre (- 3,1 %). L’activité fi nit à - 0,5 % en cumul à 6 mois.

Sur une plus longue période, le commerce spécialisé n’a toujours pas rattrapé les niveaux d’activité atteints avant la crise de l’automne 2008.

Publié le 08 août 2012 à 15:14:43 dans Actualité | Commentaires (0) |

Quelles pratiques de formation pour les TPE

La dernière enquête de la FCGA passe au crible les pratiques de formation dans les petites entreprises.

Voici les principaux enseignements à retenir :
Premier organisme formateur des TPE (hors secteur privé) avec plus de 500 000 heures consacrées chaque année à la formation continue, le réseau des centres de gestion agréés (CGA) capitalise une riche expérience en matière d’accompagnement pédagogique des dirigeants de petites structures. L’enquête statistique menée par la FCGA sur les pratiques de formation dans les TPE vient étayer cette connaissance pratique du terrain.

L’efficacité professionnelle en tête
Premier enseignement : la majorité des dirigeants de TPE interrogés (60,7 %) placent l’efficacité professionnelle en tête de leurs besoins en formation. Pas étonnant : toujours débordés, sur mille et un fronts à la fois, les entrepreneurs individuels veulent optimiser leur organisation. La communication et le développement commercial arrivent en seconde position. Près d’un quart (23,2 %) des répondants considèrent qu’il s’agit d’un domaine prioritaire de formation. Une tendance qui corrobore les préoccupations quotidiennes des dirigeants de petites entreprises : renforcer la prospection, booster les ventes, donner plus de visibilité à son offre.

Les thèmes en lien avec des problématiques de gestion et de comptabilité n’arrivent qu’en troisième position (21,8%), suivis de l’informatique (18,2 %) et Internet (11,6 % seulement).

Les plus assidus : pharmaciens, opticiens et prothésistes dentaires
Sur les douze derniers mois, un tiers (32,6%) des chefs de petites entreprises questionnés déclare avoir participé à une action de formation. Un taux moyen qui dissimule une grande diversité de situations selon les secteurs d’activité. Dans les métiers de la santé (pharmaciens, opticiens et prothésistes dentaires), par exemple, cette proportion atteint plus des deux tiers des professionnels (67,1 %). Tandis qu’elle chute à moins de 20 % dans l’équipement de la personne, les transports et l’hôtellerie-restauration.

Plus de projets dans la beauté-esthétique et les services
Moins d’un dirigeant de TPE sur cinq (19,2 %) envisage de participer à une formation dans les douze prochains mois. Sans surprise, la proportion des réponses positives dépasse le tiers dans les secteurs les plus réactifs en matière de formation continue : beauté-esthétique (37,5%), services (37,5 %) et santé (33,3 %).

Dans l’automobile (14,3 %), l’hôtellerie- restauration (12,7 %) et le bâtiment (9,9 %), moins de 15 % des professionnels prévoient de participer à une action de formation dans les douze prochains mois.

Des sources d’information multiples
Complément naturel de l’offre pédagogique, l’information participe également à la formation des entrepreneurs. Elle joue un rôle stratégique dans l’accès aux nouvelles dispositions légales, à l’actualité de la profession ou encore la veille marketing. Pour se documenter, les dirigeants de TPE s’adressent en priorité à leur expert-comptable (70,64 %) ou à leur organisation professionnelle (69,57 %). Synonymes de fiabilité et de sécurité, ces interlocuteurs forment avec les organismes de gestion (59,85 %) et les sites Internet spécialisés (60,99 %) les sources d’information privilégiées des petites entreprises.

Pour mémoire, la Fédération des Centres de Gestion Agréés c’est 400 000 petites entreprises (TPE) et 114 Centres de Gestion Agréés (CGA), 2 000 000 d’emplois salariés et non salariés, 70 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 6 000 experts-comptables correspondants.

Pour en savoir plus : http://www.fcga.fr (Catégorie : Observatoire de la Petite Entreprise)

Publié le 02 août 2012 à 11:12:48 dans Actualité | Commentaires (0) |

Rendez-Vous International de la Ville et du Commerce

Nancy accueillera, les 29 et 30 octobre 2012, le Rendez-Vous International de la Ville et du Commerce

Ce rendez-vous annuel des Vitrines d’Europe a pour vocation de rassembler les décideurs internationaux du commerce en centre-ville. En 2012, l’accent sera mis sur la manière d’innover, de se réinventer tout en préservant l’histoire des cœurs de ville.

Les Vitrines d’Europe constituent une fédération européenne d’associations dont le but est de faire entendre leur voix, de manière collective, auprès des institutions communautaires, étatiques, régionales et locales. La priorité consistant à établir des liens indissociables entre le commerce, la culture et le tourisme pour construire la ville de demain.

Cet évènement se veut source d’échanges et d’inspiration pour tous les acteurs concernés par les stratégies de renouveau ainsi que les facteurs d’attractivité des villes : les maires, parlementaires, architectes, designers, urbanistes, centres commerciaux, enseignes, fédérations de commerçants etc.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur : www.rendez-vous-ville-commerce.eu

 Fédération Française Associations Commerçants / FFAC

Publié le 30 juillet 2012 à 10:00:37 dans Actualité | Commentaires (0) |

L'Assemblée des Communautés de France (ADCF) se prononce pour une réforme de l'urbanisme commercial

L'Assemblée des Communautés de France (ADCF) a publié en juillet 2012 une étude consacrée à l’urbanisme commercial. Cette dernière a été réalisée à partir d’une enquête conduite en 2011 auprès de ses adhérents.

C’est ainsi que l’été dernier, 250 présidents de communautés ont lancé un appel pour la poursuite de l’examen de la proposition de loi sur l’urbanisme commercial. Le but était de combler le vide juridique laissé par la Loi de Modernisation de l’Economie, resté en l’état faute d’adoption du texte. Comme le souligne létude, l’instabilité juridique actuelle entretient les incertitudes quant aux marges d’action des communautés pour conduire une politique adaptée. A l’occasion de cette publication, l’ADCF appelle le Gouvernement et le Parlement à reprogrammer l’examen d’un texte de loi sur l’urbanisme commercial.

Pour mémoire, la nouvelle Ministre du Commerce et de l’Artisanat, Sylvia PINEL, a indiqué ne pas vouloir légiférer sur l’urbanisme commercial. Néanmoins, le Sénat vient de transmettre à l’Assemblée Nationale le texte qui a récemment été voté par cette assemblée.

Ces dix dernières années, en France, le parc commercial a crû à un rythme moyen de 4% par an sans aucune mesure avec le rythme d’évolution de la consommation des ménages proche des 2,5% sur la période 2000-2007, et de moins de 1% depuis 2008. C’est ainsi la construction de plus de 3 millions de mètres carrés de surfaces de vente qui est autorisée chaque année depuis 2004. L’étude de l’ADCF revient, en quelques considérations, sur les interdépendances, les dynamiques et les rapports complexes entre le commerce et le territoire. L’enquête réalisée en 2011 met en exergue les atouts des communautés et pointe les marges de progrès sur un sujet aussi stratégique que délicat, avant de proposer une synthèse du cadre juridique qui régit les implantations commerciales aujourd’hui.

Les évolutions récentes du cadre légal - loi de modernisation de l’économie (2008) et loi Grenelle 2 (2010) qui prolonge certaines dispositions de la loi SRU (2000) – soulèvent de nouvelles tensions entre commerce et urbanisme. Comment compléter la boîte à outils des collectivités pour la mise en œuvre d’une politique d’aménagement des territoires à long terme sans étouffer le dynamisme des activités commerciales ? Comment prendre en compte les réalités du commerce qui dépassent les strictes limites du ban communal dans un périmètre d’action adapté ? Comment sortir d’un régime d’exception et d’une « exception à l’urbanisme » pour réintégrer le droit de l’urbanisme commercial dans le droit général de l’urbanisme et, par conséquent, le commerce dans la ville ?
C’est à ces enjeux aussi complexes que stratégiques que tentait de répondre la proposition de loi portée, courant 2010-2011, par Michel Piron à l’Assemblée nationale et Dominique Braye au Sénat. Faute d’adoption d’un nouveau texte, les outils de planification dont disposent les communautés et les communes restent encore imprécis.

Ces évolutions du cadre légal ont rendu obligatoire l’intégration d’un volet commerce dans les documents locaux de planification, expliquant en partie l’implication croissante des communautés en matière d’urbanisme commercial malgré les incertitudes juridiques. Pour autant, les communautés n’ont pas attendu cette obligation pour prendre en compte les enjeux liés au commerce : pour la plupart d’entre elles, cette prise de conscience est relativement ancienne. L’apparition de friches commerciales qui concerne un tiers des communautés répondantes n’a fait que renforcer cette préoccupation.

Si l’implication des communautés va croissant, l’étude montre également que les marges de progrès restent larges pour donner aux communautés les moyens d’assumer une pleine responsabilité politique dans ce domaine. Deux tiers des communautés considèrent ainsi que leurs statuts sont inadaptés ou trop imprécis pour prendre en charge la régulation des implantations commerciales. Au vu des réponses des communautés, le manque d’outils à disposition limite leur capacité d’action alors même que leur implication en matière de développement économique, d’aménagement de l’espace, de politique locale de l’habitat, de transport les place de manière évidente au cœur des problématiques éminemment transversales de l’urbanisme commercial. A titre d’exemple, 48 % des communautés ne disposent d’aucun document de planification pour encadrer le développement des implantations commerciales. La majorité d’entre elles estiment que leur rôle pourrait être renforcé en matière d'urbanisme commercial. En outre, le débat entre les élus n’est pas encore systématique sur l’opportunité du développement ou de la création de nouveaux équipements : moins d’une communauté sur cinq organise un échange régulier sur les dossiers d’implantation. Les capacités d’ingénierie et d’observation sont également jugées insuffisantes par les communautés.

De toute évidence, une modernisation des instruments à disposition des collectivités s'impose afin de mieux insérer les implantations commerciales dans les stratégie de développement des territoires. L'ADCF appelle, dans son communiqué de presse du 12 juillet 2012, le Gouvernement et le Parlement à relancer les débats et à les conduire à leur terme pour aboutir à l’adoption d’un nouveau texte de loi relatif à l’urbanisme commercial.  

Publié le 19 juillet 2012 à 15:09:53 dans Actualité | Commentaires (0) |

<< |1| 2| 3| 4| 5| 6| 7| 8| 9| 10| 11| 12| 13| 14| 15| 16| 17| 18| 19| 20| 21| 22| 23| 24| 25| 26| 27| 28| 29| 30| 31| 32| 33| 34| 35| 36| 37| 38| 39| 40| 41| 42| 43| 44| 45| 46| 47| 48| 49| 50| 51| 52| 53| 54| 55| 56| >>

Tous les derniers titres

Des solutions adaptées pour les commerçants en matière de santé, prévoyance et retraite

Des solutions adaptées pour les commerçants en matière de gaz et d électricité

Club Avantages

Chiffres clés commerce proximité

Plus de 6 000 associations de commerçants
465 000 commerces de détail
Commerce de détail : 390 Md€
Commerce de détail : 75 Md€ de valeur ajoutée
Emplois : 1,2 millions

Logos Partenaires

 

Rechercher

  • Propulsé par i-citoyen