Coordonnées

Fédération Française des Associations de Commerçants (FFAC)

Siège social :
Conseil du Commerce de France
40 boulevard Malesherbes / 75008 Paris
Contact Presse : Jean-Claude Delorme : 06 09 90 49 25 / Lionel Saugues: 06 25 77 50 46
Secrétariat : 09 50 77 34 54
Courriel : contact@ffacommercants.org
www.ffacommercants.org


Nous trouver Nous trouver

Retrouvez nous sur Twitter

Plaquette FFAC

Chiffres clés commerce proximité

Plus de 6 000 associations de commerçants
465 000 commerces de détail
Commerce de détail : 390 Md€
Commerce de détail : 75 Md€ de valeur ajoutée
Emplois : 1,2 millions

Télécharger des documents utiles sur le commerce

Albums

Archives

Avril

DiLuMaMeJeVeSa
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      

La Fédération des Centres de Gestion Agréés (FCGA) a mesuré la nature et l'importance des changements intervenus dans les TPE au cours des cinq dernières années


Une enquête de la Fédération des Centres de Gestion Agréés (FCGA) mesure la nature et l'importance des changements intervenus dans les TPE au cours des cinq dernières (2005-2009) années dans les petites entreprises du commerce, de l'artisanat et des services.

En voici les principaux résultats :

L'activité et les clients d'abord
Les changements les plus importants touchent principalement à l'activité même de l'entreprise et à la composition de la clientèle. Au total, 41,4% des chefs de petites entreprises interrogés déclarent que des changements "importants" ou "assez importants" ont affecté l'activité même de leur exploitation au cours des cinq dernières années.
Selon la même grille d'analyse, 40,2% des dirigeants de TPE questionnés font le même constat à propos de leur clientèle. Deux mouvements à mettre, évidemment, en rapport avec l'évolution du marché et l'intensification de la concurrence au cours de ces dernières années.
Ce qui évolue peu (ou pas), en revanche, dans les petits entreprises, c'est la conduite des équipes et la politique sociale.

Sous la pression de la conjoncture
Le principal facteur ayant influencé ces changements dans les TPE, est la conjoncture économique. Plus de 79% des entrepreneurs sondés reconnaissent que le climat des affaires a exercé une influence importante sur les changements initiés dans leurs structures.
Logiquement, la pression de la concurrence est le deuxième facteur qui a incité les dirigeants de TPE à changer leurs habitudes (57,8% au total). Troisième facteur d'influence le plus cité par les chefs d'entreprise : la situation financière de l'entreprise (52,3% en tout). Les clients (64,4% des suffrages) ont également exercé une grande influence sur les changements qui sont intervenus. Les partenaires et conseils de l'entreprise, les salariés et les nouvelles dispositions réglementaires ont, pour leur part, joué un faible rôle dans le processus de changement.

Le succès des certifications et labels
Le changement se traduit aussi par des décisions économiques. Pour atteindre leurs objectifs, les dirigeants de petites entreprises financent d'abord la modernisation de leur locaux (51,4%) et acquièrent ensuite de nouveaux outils de production (46,2%).
Au troisième poste des investissements, on trouve les dépenses de publicité et de communication (32,5%). Phénomène plutôt inattendu : plus d'un entrepreneur sur cinq (22,6%) s'est engagé dans une démarche qualité (certification, labellisation...) pour doter son entreprise de nouveaux atouts marketing stratégiques.

Sous-traitance et partenariats commerciaux
Le changement conduit à des remises en cause concrètes dans l'organisation et le fonctionnement de l'entreprise. Conséquence de la crise ou recherche d'une souplesse optimale, l'externalisation est en vogue dans les TPE.
Le recours à la sous-traitance (24,3% des cas) s'impose comme un premier effet du changement. Le développement d'un partenariat commercial avec une autre entreprise (dont adhésion à une franchise) constitue le second type de remise en cause le plus fréquent (15,7%). Avant l'arrivée d'un nouvel associé ou partenaire (12,9%) et la cession partielle de l'entreprise à un tiers (10%).

La Fédération des centres de gestion agréés (FCGA) regroupe 114 centres de gestion agréés qui comportent 400 000 entreprises, 2 000 000 d'emplois salariés et non salariés, 6 000 experts-comptables correspondants.

Publié le 10 février 2010 à 10:13:35 dans Actualité | Commentaires (0) |

le Ministère de l'Economie et de l'Emploi et le Secrétariat d'Etat au Commerce et à l'Artisanat lancent un site Internet de valorisation du commerce de proximité et de ses différents métiers


Le 1er mars 2010, le Ministère de l'Economie et de l'Emploi et le Secrétariat d'Etat au Commerce et à l'Artisanat mettront en ligne le site Internet www.metiersducommerce.fr qui aura pour objectif de valoriser le commerce et ses différents métiers.

Sur ce site on retrouvera :

  • Des informations sur les formations qui permettent d'accéder aux métiers du commerce,
  • Des milliers d'offres d'emploi (opération réalisée en partenariat avec le Pôle Emploi),
  • Des témoignages vidéo de professionnels
  • ...

Les fédérations d'enseigne, de réseau, les syndicats du commerce disposeront également d'un espace personnalisé qui leur permettra de mettre en ligne des informations.

Une campagne de presse d'envergure « Commerce de proximité, ma passion j'en fais mon métier ! » accompagnera le lancement du site avec des relais presse, Internet, télévision...

Pour mémoire le commerce de proximité réalise 643 milliards d'euros de chiffre d'affaires et emploie 2 millions de personnes.

Fédération Française des Associations de Commerçants (FFAC)

Publié le 08 février 2010 à 16:18:12 dans Actualité | Commentaires (0) |

Le PROCOS s'alarme de la prolifération des m² commerciaux en France


Le PROCOS (Fédération pour l'urbanisme et le développement du commerce spécialisé) vient de publier les résultats d'une études sur les implantations commerciales qui résultent de l'entrée en vigueur de la partie de la Loi de Modernisation de l'Economie (LME) qui concerne l'urbanisme commercial.

Pour mémoire, la LME a modifié le plafond des projets soumis à une autorisation préalable à ouverture. Seuls les projets supérieurs à 1 000 m² nécessitent une autorisation (contre 300 m² précédemment).

Vous trouverez, ci-dessous, les éléments de cette étude.

Durant l'année 2009, 4 millions de nouveaux m² de surfaces commerciales ont été autorisés.

En 2009, près de 3 millions de m² de surfaces commerciales ont été autorisés par les nouvelles Commissions Départementales d'Aménagement Commercial (CDAC) en France métropolitaine.

Les projets compris entre 300 à 1000 m² représentent un million de m².

Selon l'observatoire des projets d'ensembles commerciaux de PROCOS, 593 projets (soit 7 432 000 m²) sont déjà prévus pour les 5 prochaines années, ce qui fait de la France le pays d'Europe dans lequel le plus grand nombre de projets et de m² sont programmés.

80 % des surfaces en projet (5 900 000 m²) concernent des opérations de périphérie dont 52 % des parcs d'activités commerciales (3 780 000 m²) et 28 % des centres commerciaux (2 120 000 m²). Les centres commerciaux de centre ville (890 000 m²) ne représentent que 12 % des surfaces en projet.

Parmi ces 593 projets, 234 ont déjà obtenu leur autorisation ; ils représentent un nouveau record de volume de 3 213 000 m² de surfaces commerciales (dont 30 % (98 000 m²) ouvriront dès 2010).

82 % des surfaces autorisées le sont en périphérie (2 635 000 m²), 1 480 000 m² sous forme de parcs d'activités commerciales (avec 2/3 de création, 1/3 d'extension), 1 155 000 m² sous forme de centres commerciaux (avec de nouveau 2/3 de création, 1/3 d'extension).

Pour le PROCOS, cette évolution ne suit aucune logique économique : la consommation des ménages a chuté à + 0,9% en 2008 et + 0,7% en 2009, alors qu'elle était d'environ + 2 à 2,5% par an en moyenne jusqu'en 2007.
Le Conseil National des Centres Commerciaux (CNCC) estime à - 3,9% la baisse de fréquentation des centres commerciaux sur l'année 2009.

Pour le PROCOS cette surproduction, sans suivi de la demande, risque de créer un phénomène de « cannibalisation » des commerces, des fermetures, et donc de développement de friches commerciales.

Enfin, elle fragilisera les équilibres entre centres villes et périphéries, déjà très précaires, alors que l'évolution de notre société rend indispensable un tissu de commerces dynamique et varié en centre ville.

La Fédération PROCOS préconise que le volet commercial des SCOT soit renforcé et rendu obligatoire.

Elle soutient également l'application de nouvelles prescriptions en matière d'intégration architecturale, urbaine et paysagère, pour améliorer la qualité des nouveaux programmes mais avec une maîtrise des coûts évitant l'envolée des loyers pour les nouveaux commerces créés.

Enfin, elle appelle à la création de nouveaux outils, pour la maîtrise foncière, le montage et le portage des opérations, afin de relever l'enjeu de la requalification des sites existants, en priorité celui des entrées de ville dégradées.

Pour en savoir plus : www.procos.fr

Fédération Française des Associations de Commerçants (FFAC)

Publié le 28 janvier 2010 à 07:58:28 dans Actualité | Commentaires (0) |

Dans le cadre de son plan de développement du commerce de proximité, le Ministère de l'économie, de l'industrie et de l'emploi lance son deuxième appel à projet qui porte sur les bonnes pratiques en matière de commerce et développement durable


Le Ministère de l'économie, de l'industrie et de l'emploi et le Secrétariat d'Etat chargé du commerce, de l'artisanat, des petites et moyennes entreprises dans le cadre de son plan de développement du commerce de proximité lance son deuxième appel à projet qui porte sur les bonnes pratiques en matière de « commerce et développement durable ».

Les dossiers de candidature devront être déposés :

  1. Dans une chambre régionale de commerce et d'industrie ou une chambre régionale des métiers et de l'artisanat,
  2. Ou au siège de l'organisation professionnelle du secteur d'activité du porteur de projet, dont la liste figure dans le document ci-joint.

Dans le dossier de candidature doit figurer une présentation du projet (maximum 10 pages) comprenant : le contexte, les enjeux, les objectifs stratégiques, le calendrier de mise en œuvre, le plan d'actions, les plus-values sociales et environnementales attendues, les partenariats engagés, les financements associés au projet.

Les projets seront, in fine, analysés par une commission thématique dédiée au sein de la Commission d'Orientation du Commerce de Proximité qui formulera un avis porté à la connaissance de la Commission d'Orientation du Commerce de Proximité qui réunie en séance plénière décidera des projets retenus.

La mise en réseau des bonnes pratiques retenues, mais également des acteurs de ces projets (collectivités locales, chambres consulaires, entreprises) est un vecteur de réussite, d'efficacité et de diffusion que les nouvelles technologies de l'information permettent de favoriser.

Calendrier de l'appel à projet :
Date limite de réception des dossiers dématérialisés auprès de l'organisme de première instruction et de la DGCIS : 23 avril 2010
Date limite de réception des avis dématérialisés des organismes de première instruction à la DGCIS : 25 mai 2010

Télécharger l'appel à projet

Pour mémoire, les candidats éligibles sont les collectivités territoriales, les chambres consulaires, les entreprises, quelle que soit leur forme sociale (y compris les associations et les organisations professionnelles.

Fédération Française des Asociations de Commerçants (FFAC)

Publié le 26 janvier 2010 à 15:35:19 dans Actualité | Commentaires (0) |

Sécurité des commerces, la Fédération Jurassienne du Commerce innove


Les activités commerciales, artisanales et/ou de prestations de service sont de plus en plus confrontées à des phénomènes d'insécurité et de délinquance : vol à main armée, fausse monnaie, chèques volés...

Certains secteurs d'activité, grâce à leurs moyens, ont plus ou moins pu, se prémunir contre ce phénomène (grande distribution, secteur bancaire...).

Les commerçants, les artisans sont désormais devenus des « proies » pour les personnes mal intentionnées.

Les différents acteurs du Jura se sont mobilisés pour mettre en place « Alerte Commerces » qui vise à limiter ces actes délictueux.
La signature officielle du protocole « Alerte Commerces » a eu lieu le 4 janvier 2010 entre le Préfet, le Président de la Fédération Jurassienne du Commerce (FJC).

Le dispositif repose sur le principe qui veut qu'une diffusion rapide de l'alerte permette d'éviter la réitération des faits. Ainsi, tout professionnel victime de vol à main armée, de faux moyens de paiement, de vols à l'étalage ou d'escroqueries alerte les services de la Gendarmerie ou de la Police (en composant le 17) et le référent local de l'Union Commerciale.

Lorsque l'information est reçue par les services de la Police Nationale, ceux-ci la retransmettent au centre opérationnel de la Gendarmerie, par les moyens les plus rapides. Le centre opérationnel de la gendarmerie diffuse alors l'alerte par un SMS collectif envoyé sur les téléphones portables des commerçants, artisans... qui, sous le titre « Alerte Commerces », décrit succinctement les faits constatés, le lieu de commission et les renseignements connus sur le ou les auteurs.

Si l'information est reçue dans un délai inférieur à une heure après la commission des faits, l'alerte est lancée, sur tout le Département, afin d'activer la vigilance des commerçants, artisans et prestataires de services pour qu'ils ne soient pas victimes, à leur tour, d'un acte délictueux similaire.

Cette alerte est possible car, préalablement, la FJC a organisé, avec chaque Union Commerciale du département, des réunions de présentation du dispositif, avec les intervenants suivants : le référent local de la Police ou de la Gendarmerie, le référent local de l'UC, le représentant de la ville, le Directeur Départemental de la Banque de France, le représentant de la Banque Populaire Bourgogne/Franche- Comté et le permanent de la CCI du Jura.

D'un point de vue technique, les SMS sont achetés par la FJC pour être utilisés par le centre opérationnel de la Gendarmerie. Les commerçants, artisans et prestataires de services sont également sensibilisés à l'attitude à adopter en cas d'agression, au moyen d'une plaquette contenant des conseils utiles, dont l'impression a été financée par la CCI du Jura.

Pour compléter cette initiative, un visuel dissuasif « Alerte Sécurité » a été créé.
Pour prévenir toute tentative délictueuse il peut être apposé sur la vitrine du commerçant.

Ils est à noter que la FJC a également conclu un partenariat qui permet aux commerçants victimes d'agression de bénéficier d'une aide psychologique.

Télécharger le document de présentation.

Fédération Française des Associations de Commerçants (FFAC)

Publié le 21 janvier 2010 à 15:27:16 dans Actualité | Commentaires (0) |

<< |1| 2| 3| 4| 5| 6| 7| 8| 9| 10| 11| 12| 13| 14| 15| 16| 17| 18| 19| 20| 21| 22| 23| 24| 25| 26| 27| 28| 29| 30| 31| 32| 33| 34| 35| 36| 37| 38| 39| 40| 41| 42| 43| 44| 45| 46| 47| 48| 49| 50| 51| 52| 53| 54| 55| >>