Coordonnées

Fédération Française des Associations de Commerçants (FFAC)

Siège social :
Conseil du Commerce de France
40 boulevard Malesherbes / 75008 Paris
Contact Presse : Jean-Claude Delorme : 06 09 90 49 25 / Lionel Saugues: 06 25 77 50 46
Secrétariat : 09 50 03 28 54
Courriel : contact@ffacommercants.org
www.ffacommercants.org


Nous trouver Nous trouver

Retrouvez nous sur Twitter

Plaquette FFAC

Fédération Française des Associations de Commerçants

Télécharger des documents utiles sur le commerce

Albums

Archives

Octobre

DiLuMaMeJeVeSa
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Les tops et les flops des TPE en 2016 !

Secteur par secteur, profession par profession, tour d’horizon des «tops» et des «flops» des petites entreprises de l’artisanat, du commerce et des services en 2016. Une enquête exclusive de la Fédération des Centres de Gestion Agréés, réalisée en partenariat avec Banque Populaire.

Les tops
1. LES BOUTIQUES D’ÉLECTROMÉNAGER – TV-HI-FI :  + 5,8 %
2. LES COMMERCES DE CYCLES : + 2,5 %
3. LES TAXIS-AMBULANCES. : + 1,8 %

Les flops
1. LES AGENCES IMMOBILIÈRES : - 7,1 %
2. LES DÉTAILLANTS EN CHAUSSURES : - 5,5 %
3. LES STUDIOS PHOTO : - 4,7 %

UN PEU ESSOUFLÉES, MAIS TOUJOURS DANS LA COURSE !
En 2016, les petites entreprises du commerce, de l’artisanat et des services maintiennent le cap sur la croissance dans un contexte politico-économique pour le moins tourmenté…
Malgré un indice moyen d’activité toujours négatif (- 0,6 % contre - 1,7 % l’année précédente), la dynamique de reconquête des marchés enclenchée un an plus tôt résiste à la conjoncture. Globalement, les chiffres sont restés stables et le décrochage général tant redouté n’a pas eu lieu.
Sur les 12 secteurs professionnels passés au crible par les statisticiens de la FCGA, 7 enregistrent un chiffre d’affaires en progression nette, 2 améliorent relativement leurs performances et 3 affichent un chiffre d’affaires en recul.

TROIS ENSEIGNEMENTS À RETENIR
7 secteurs sur 12 présentent des taux d’activité positifs compris entre + 0,1 % (Hôtellerie-restauration ou métiers de la santé) et + 1,5 % (Services), alors qu’ils enregistraient tous des moyennes annuelles négatives un an plus tôt. Une tendance de fond qui illustre bien la formidable capacité des petites entreprises à se repositionner sur leurs marchés par temps de crise.
L’artisanat du bâtiment, locomotive économique des TPE, se redresse légèrement (- 2,1 % contre - 2,7 % en 2015). Hormis la maçonnerie (- 3,3 % contre -1,8 %) et la plomberie-chauffage-sanitaire (- 2,6 % contre - 1,5 %), toutes les professions du secteur améliorent relativement leurs chiffres d’affaires sans pour autant renouer avec une franche croissance. Et sans jamais afficher un seul taux positif…
Le commerce de détail alimentaire reste, cette année encore, le secteur qui concentre le plus grand nombre de professions qui présentent un chiffre d’affaires positif. 6 sur 9 affichent un taux d’activité au-dessus de zéro. Mais, dans la moitié des cas, il s’agit en réalité d’activités en recul relatif : vins et spiritueux (+ 1,4 % contre + 2,8 %), fruits et légumes (+ 0,6 % contre + 2,5 %), poissonnerie-primeurs (+ 1,3 % après + 1,4 %). Seules la crémerie-fromagerie (+ 1,3 % contre + 0,4 %), la charcuterie (+ 0,7 % contre - 0,1 %) et la pâtisserie (+ 0,5 % contre 0,0 %) sont en réelle progression. La boulangerie-pâtisserie (- 0,5 % contre - 1,2 %) et l’alimentation générale (- 1,3 % après - 1,5 %) réduisent le volume de leurs pertes, tandis que la boucherie-charcuterie diminue légèrement ses recettes (- 1,5 % contre - 1,3 %).

LE PALMARÈS DES SECTEURS
- Les services : + 1,5 % (contre - 0,4 % en 2015)
- La vente et la réparation auto : + 0,9 % (contre - 2,8 % en 2015)
- Les transports : + 0,8 % (contre - 2,6 % en 2015)
- Les entreprises de parcs et jardins : + 0,6 % (contre - 1,6 % en 2015)
- La beauté-esthétique : + 0,6 % (contre - 0,4 % en 2015)
- Les cafés, hôtels et restaurants : + 0,1 % (contre - 0,8 % en 2015)
- Les métiers de la santé : + 0,1 % (contre - 1,0 % en 2015)

3 améliorent relativement leurs performances
- La culture et les loisirs : - 0,1 % (contre - 2,1 % en 2015)
- Le commerce de détail alimentaire : - 0,4 % (contre - 0,8 % en 2015)
- L’artisanat du bâtiment : - 2,1 % (contre - 2,7 % en 2015)

2 secteurs enregistrent un chiffre d’affaire en recul
- L’équipement de la maison : - 0,1 % (contre - 0,2 % en 2015)
- L’équipement de la personne : - 3,8 % (contre - 3,4 % en 2015)

LE HIT-PARADE DES PROFESSIONS
Les Tops / Sur le podium
1. LES BOUTIQUES D’ÉLECTROMÉNAGER-TV-HIFI : + 5,8 %
C’est le record de l’année, tous secteurs et toutes professions confondues. Les boutiques de proximité spécialisées dans la vente d’appareils électroménagers, les téléviseurs et le matériel hi-fi occupent la première place de notre palmarès annuel. Avec un chiffre d’affaires en hausse de 5,8 %, ils créent la surprise après une année 2015 compliquée (- 2,7 %). C’est surtout le dynamisme du marché du petit électroménager (centrifugeuses, aspirateurs-balais, robots culinaires…) qui booste les ventes. Accueil, conseil, qualité de la relation humaine : les magasins de proximité exploitent avec talent leurs atouts naturels pour se démarquer des grandes enseignes spécialisées et de l’offre des hypermarchés.
2. LES COMMERCES DE CYCLES : + 2,5 %
La profession peut dire merci au vélo électrique ! Depuis cinq ans, le marché est porté par une croissance annuelle de 30 à 35 %. En 2016, près de 150 000 vélos électriques ont été vendus selon l’ADEME et l’Union des sports et du cycle. Pour les 1 970 petites entreprises françaises spécialisées dans la vente et la réparation de cycles, c’est une véritable aubaine. Estimé à 1,7 milliard d’euros par l’Observatoire du Cycle, le marché devrait connaître une nouvelle accélération en 2017 avec l’entrée en vigueur de l’aide financière de 200 euros débloquée par le gouvernement pour toute acquisition d’un vélo à assistance électrique (décret paru au JO le 18 février 2017).
3. LES TAXIS -AMBULANCES : + 1,8 % 
Rudement malmenés, ces dernières années, par le développement des transports alternatifs urbains et des voitures de transport avec chauffeur (VTC), les 60 000 chauffeurs de taxis exerçant en France sont globale-ment toujours affaiblis. Ceux qui assurent des prestations de transport de personnes malades ou en situation d’urgence sanitaire s’en sortent cependant mieux que les autres. Avec un chiffre d’affaires en hausse de 1,8 % (contre -2,4 % un an plus tôt), les taxis-ambulances ont retrouvé le chemin de la croissance en 2016.

Et aussi… 
Les carrossiers automobile (+ 1,5 % contre - 0,3 %), les crémeries fromageries (+ 1,3 % contre + 0,4 %), les entreprises de nettoyage (+ 0,8 % contre + 0,5 %), les laveries et pressings (+ 0,6 % contre - 2,5 %)…

Les flops/ Dans le rouge
1. LES AGENCES IMMOBILIÈRES :- 7,1 %
En 2016, selon la FNAIM, 850 000 transactions ont été enregistrées en France. Un record depuis 2006 ! Stimulées par la baisse des taux bancaires (qui remontent cependant légèrement depuis la fin de l’année dernière) et des prix en hausse modérée (mais qui pourraient bien s’emballer, si la reprise se confirme), ces ventes ne profitent cependant pas aux agences immobilières indépendantes dont l’activité se détériore nettement.
2. LES DÉTAILLANTS EN CHAUSSURES : - 5,5 % 
C’est la plus forte baisse d’activité de l’Equipement de la personne en 2016. Au 3e  trimestre, les détaillants en chaussures ont subi un effondrement de leurs ventes : - 11,9 % ; une chute de chiffre d’affaires qui s’explique principalement par l’intensification de la pression concurrentielle exercée par les autres acteurs du marché sur les détaillants traditionnels : sites de vente en ligne, magasins d’enseignes, rayons chaussures des chaînes de prêt-à-porter, offre des magasins de sport…
3. LES STUDIOS PHOTO : - 4,7 % 
La profession collectionne les flops… C’est la troisième année consécutive qu’elle figure parmi les moins bonnes performances de l’année. Même si son taux moyen d’activité s’améliore par rapport à ceux des deux années précédentes (- 7,8 % en 2015 après - 8,9 % en 2014), elle traverse une crise historique. La banalisation des smartphones équipés d’appareils photo de qualité combinés à des applications gratuites de traitement d’image et de partage instantané a porté un coup sévère à l’activité des studios traditionnels.

Et aussi…
Le prêt-à-porter (- 4,0 % contre - 3,9 %), l’optique-lunetterie (- 3,4 % contre - 1,1 %), la lingerie (- 3,4 % contre - 1,6 %), la maçonnerie (- 3,3 % contre - 1,8 %)…

Pour mémoire, la Fédération des Centres de Gestion Agréés c’est près de 300 000 petites entreprises (TPE) et 100 Centres de Gestion Agréés (CGA) , 92 % des entreprises nationales ont moins de 10 salariés , 50 % des TPE imposées au BIC sont adhérentes à un CGA.

Publié le 13 avril 2017 à 11:11:16 dans Actualité | Commentaires (0) |

États Généraux du Commerce - Edition 2017

Près de 250 personnes, dont plusieurs représentants de la Fédération Française des Associations de Commerçants, étaient présentes, mardi 21 mars dernier à la Maison de la Chimie, pour la 9ème édition des États Généraux du Commerce.

Le Président du Conseil du Commerce de France, William G. KOEBERLÉ, a introduit la manifestation.

Trois tables rondes réunissant différents intervenants du secteur ponctuées d’interventions de représentants de candidats à la Présidence de la République ont été ensuite organisées.

Martine PINVILLE, Secrétaire d'état au Commerce, à l'Artisanat, à la Consommation et à l'Économie Sociale et Solidaire, a clôturé cette 9ème édition.

Il est à noter que les débats étaient animés par Olivier PIA et que le bon déroulement de cet événement a été assuré par Charlotte BAUDOIN, Consultante en événementiel.

Fédération Française des Associations de Commerçants (FFAC)

Publié le 29 mars 2017 à 21:18:15 dans Actualité | Commentaires (0) |

Commerçants, associations de commerçants, donnez votre avis au travers du sondage organisé par Boutique2Mode !

Boutique2Mode le média des professionnels de la mode réalise actuellement un sondage auprès des chefs d'entreprises afin de connaître et de relayer leurs revendications pour les prochaines élections présidentielles.

Plusieurs fédérations et associations de commerçants ont déjà relayé cette consultation.

La Fédération Française des Associations de Commerçants (FFAC), à son tour, vous invite à répondre à ce sondage qui concerne principalement les professionnels de la mode.

Cette démarche vise également à sensibiliser sur ces problématiques les différents candidats à l'élection en leur demandant de  prendre concrètement position.

Il est important que les indépendants se réunissent et s'entraident pour d'avantage faire entendre leurs revendications.

Pour répondre au sondage cliquez  sur le lien «Je vote».

Fédération Française des Associations de Commerçants (FFAC)

Publié le 12 février 2017 à 16:03:25 dans Actualité | Commentaires (0) |

Création du compte Twitter de la Fédération Française des Associations de Commerçants



Désormais, vous pouvez suivre l'actualité des associations de commerçants, du commerce et de la Fédération Française des Associations de Commerçants (FFAC) à partir de notre compte Twitter : https://twitter.com/FFACOMMERCANTS

Fédération Française des Associations de Commerçants

Publié le 19 janvier 2017 à 13:25:07 dans Actualité | Commentaires (0) |

Communiqué de presse sur les soldes d'hiver

COMMUNIQUE DE PRESSE

De la Fédération Française des Associations de Commerçants

Le 9 janvier 2017 

Les soldes d’hiver, débuteront très tardivement cette année, à partir du mercredi 11 février 2016 et ce pour une période de six semaines.

Dans un contexte économique toujours aussi difficile pour les commerçants indépendants, un contexte sécuritaire inquiétant et après un mois de décembre qui s’est avéré décevant en matière d’activité, l’enjeu de ces soldes est donc important avec, à la clé, jusqu’à 20 ou 30% de leur chiffre d’affaires annuel. Désormais, les commerçants espèrent le grand rush et pour ce faire devraient débuter les soldes avec des grosses remises et une première démarque importante d’au minimum 30%, voire même de 40 à 50 % dans certaines boutiques.

La concurrence des sites de vente marchands sur Internet, la pré-période de soldes commencée bien avant Noël avec des ventes privées, des déstockages massifs, contrevenant parfois aux règles en vigueur et faussant le jeu normal de la concurrence risquent malheureusement d’atténuer les effets attendus de ces soldes d’hiver pour les commerçants de centre-ville. Les raisons de cette situation sont multiples avec de nouveaux modes de consommation pour la clientèle qui modifient le fonctionnement des commerces et la disparition des règles de saine concurrence entre tous les acteurs. La course constante aux promotions que nous connaissons depuis plusieurs années maintenant habituent également les consommateurs aux rabais et fragilisent très fortement les indépendants qui souvent se trouvent dans l’impossibilité de suivre le rythme et l’intensité des fausses promotions, fausses ventes privées, faux soldes et autres astuces pour contourner les règles. Au final, c’est la situation des commerces indépendants qui, rappelons-le, contribuent à l’attractivité et à l’animation des cœurs des villes qui est en question.

Selon un sondage Toluna pour le magazine LSA, les français prévoient de dépenses 221,78 € en moyenne pendant les soldes d’hiver cette année, un budget en hausse de 2,9% par rapport à 2016.

Nos commerçants indépendants de centre-ville seront dès mercredi prochain sur le pont, aux aurores, pour accueillir leurs clients partout en France et espèrent que les soldes d’hiver seront cette année un meilleur cru que les années précédentes.

---------------------------------------------------------------------------------------------

 A quoi servent les soldes pour les commerçants ?

Les soldes restent pour les commerçants une période cruciale à ne pas rater. Ils correspondent à une réalité économique et climatique avec un changement de saison et de garde-robe. Les soldes permettent d’écouler leurs marchandises de la saison passée pour faire de la place pour la prochaine collection. S’ils ne le font pas à ce moment précis, leur stock est dévalorisé. C’est également le moment où les commerçants reconstituent une trésorerie pour pouvoir acheter leur collection des saisons prochaines.

 Les articles achetés en soldes doivent bénéficier des mêmes garanties que les autres articles. L’annonce «ni repris ni échangé» ne dispense donc pas le vendeur d’échanger ou de rembourser l’article en cas de vice caché (article 1641 du Code civil). A l’inverse, si les imperfections ou malfaçons sont aisément détectables par le consommateur, l’article 1641 du Code de civil ne peut pas s’appliquer.

 Il est à noter que les premières lois réglementant les soldes datent de 1906 et que les dates des soldes s’appliquent également aux ventes à distance et à celles réalisées via Internet, quel que soit le lieu du siège de l’entreprise.

---------------------------------------------------------------------------------------------

Contact presse : Lionel Saugues / Vice-Président / Tel : 06 25 77 50 46

Publié le 09 janvier 2017 à 12:08:14 dans Actualité | Commentaires (0) |

<< |1| 2| 3| 4| 5| 6| 7| 8| 9| 10| 11| 12| 13| 14| 15| 16| 17| 18| 19| 20| 21| 22| 23| 24| 25| 26| 27| 28| 29| 30| 31| 32| 33| 34| 35| 36| 37| 38| 39| 40| 41| 42| 43| 44| 45| 46| 47| 48| 49| 50| 51| 52| 53| 54| 55| 56| >>

Tous les derniers titres

Des solutions adaptées pour les commerçants en matière de santé, prévoyance et retraite

Des solutions adaptées pour les commerçants en matière de gaz et d électricité

Club Avantages

Chiffres clés commerce proximité

Plus de 6 000 associations de commerçants
465 000 commerces de détail
Commerce de détail : 390 Md€
Commerce de détail : 75 Md€ de valeur ajoutée
Emplois : 1,2 millions

Logos Partenaires

 

Rechercher

  • Propulsé par i-citoyen