Coordonnées

Fédération Française des Associations de Commerçants (FFAC)

Siège social :
Conseil du Commerce de France
40 boulevard Malesherbes / 75008 Paris
Contact Presse : Jean-Claude Delorme : 06 09 90 49 25 / Lionel Saugues: 06 25 77 50 46
Secrétariat : 09 50 03 28 54
Courriel : contact@ffacommercants.org
www.ffacommercants.org


Nous trouver Nous trouver

Retrouvez nous sur Twitter

Plaquette FFAC

Fédération Française des Associations de Commerçants

Télécharger des documents utiles sur le commerce

Albums

Archives

Août

DiLuMaMeJeVeSa
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Enquête Fédération Nationale de l’Habillement sur les soldes flottants

La Fédération Nationale de l’Habillement a lancé une grande enquête à destination des boutiques de mode indépendantes sur les soldes flottants. Les 1400 réponses reçues en quelques jours montrent l’intérêt des commerçants indépendants sur ce sujet. Ces données ont été complétées par les participations de la Fédération Nationale des Détaillants Maroquinerie et Voyage, ainsi que de la Chambre Nationale des Détaillants en Lingerie. Les résultats présentés ici confirment l’opinion des commerçants indépendants sur le dispositif des soldes flottants.
Ces résultats ont été transmis à Madame Sylvia PINEL, Ministre de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme.
En substance, les commerçants indépendants émettent un avis très négatif sur ce dispositif et se prononcent pour sa suppression.

Les chiffres sont sans appel : 94 % des commerçants interrogés souhaitent la suppression des soldes flottants !
L’avis porté sur le dispositif explique cette demande de suppression, puisque les commerçants indépendants sont 81 % à porter un avis négatif et 13 % un avis assez négatif sur les soldes flottants, alors qu’ils ne sont que 3 % à émettre un avis positif et 3 % assez positif sur le sujet.
Le dispositif des soldes flottants est peu utilisé par les commerçants indépendants et à des effets très limités. Les résultats de ce sondage montrent que les commerçants indépendants n’utilisent que peu ce dispositif, rendu trop complexe, contrairement aux soldes classiques prévus pour vendre les articles de la saison passée.

 Seuls 34 % des commerçants indépendants ont déjà pratiqué les soldes flottants. Et sur ces 34 % :
- près de la moitié d’entre eux ont abandonné ce dispositif après l’avoir utilisé dans un premier temps, pour diverses raisons (complexité, effets limités sur leur chiffre d’affaires etc.)
- seul un tiers d’entre eux les pratiquent chaque année.

Les soldes flottants sont placés soit juste après les soldes traditionnels (pour 36 % d’entre eux), soit à une autre période de l’année (38 % des commerçants pratiquant des soldes flottants).
Les commerçants qui pratiquent ou ont pratiqué des soldes flottants se sont également prononcés au sujet des retombées sur leur chiffre d’affaires.

Les résultats sont très nets. Parmi les 34 % de commerçants pratiquant les soldes flottants :
- plus de 80 % des commerçants observent des retombées moyennes (39 %) voire médiocres (42 %)
- seuls 4 % des commerçants se sont déclarés très satisfaits et 15 % satisfaits par les retombées des soldes flottants.

Trop de soldes entraînerait une perte de repères pour les clients
Les commerçants ont très majoritairement souligné une perte de repères due à des périodes de soldes trop fréquentes et situées à n’importe quel moment de l’année. Les consommateurs n’auraient plus conscience des prix « réels » des marchandises et souhaiteraient des soldes toute l’année.

Les détaillants indépendants ont bien connaissance de cette problématique :
- plus de 97 % d’entre eux pensent que les consommateurs peuvent être perdus en raison de la multiplicité des opérations commerciales.

Les commerçants indépendants insistent sur le fait que les magasins indépendants ont un fonctionnement propre et distinct des autres formes de distribution, telles que les grandes enseignes ou les pure-players.

Cette différence n’est pas connue du public et sème bien souvent la confusion chez les consommateurs. Ces derniers ne comprennent pas toujours les écarts de réductions d’un type de commerce à l’autre. Il est nécessaire d’être plus transparent sur ce sujet.

Les rabais proposés pendant les périodes de réduction de prix chez les grandes enseignes n’ont rien à voir avec ceux des détaillants indépendants qui, ne peuvent tout simplement pas les appliquer. Les coefficients multiplicateurs appliqués par les deux modèles économiques sont proches de 10 chez les grandes enseignes, alors qu’ils sont de l’ordre de 2.5 -3 chez les commerçants indépendants. Tout rabais chez les détaillants indépendants implique une baisse de marge significative

Par ailleurs, la mondialisation aurait dû avoir un impact positif en terme de prix pour les consommateurs : en réalité, elle a surtout permis aux grandes enseignes de se moderniser, d’ouvrir des mètres carrés supplémentaires.

Ainsi, les commerçants indépendants ont très largement exprimé leur volonté d’être considérés comme des acteurs économiques distincts des grandes enseignes, organisées et structurées différemment.
 
Les commerçants indépendants réclament une révision complète de la politique de réduction de prix

Le sondage a été l’occasion de mieux recenser les autres pratiques commerciales utilisées par les détaillants indépendants : par exemple, les moyens de fidélisation de leurs clients sont largement employés.

Néanmoins, les commerçants ont fait connaître largement leur désapprobation quant à la politique de réduction de prix, et les conséquences sur le « prix réel » du produit. Les consommateurs se sentent perdus et doutent de la vraie valeur des marchandises, des rabais de tout type et de tout niveau leur étant proposés toute l’année.

De ce fait, les moments clés de l’année, à savoir la période traditionnelle des soldes d’été et des soldes d’hiver, perdent de leur importance et deviennent une quasi « banalité ». Les détaillants ont l’impression de devoir faire constamment des réductions pour satisfaire les consommateurs, quitte à perdre le véritable objectif de leur métier et à donner une image dévalorisante de leurs marchandises.

C’est pourquoi les détaillants indépendants souhaitent un débat à ce sujet, avec une nécessaire remise en question du dispositif actuellement en place.

Les positions de la Fédération Nationale de l’Habillement  transmis à Madame Sylvia PINEL, Ministre de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme sont les suivantes :

Position n°1 :
La Fédération Nationale de l’Habillement demande à Madame Sylvia PINEL, Ministre de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme, la suppression des soldes flottants, rejetés par plus de 94 % des commerçants indépendants. Ce dispositif n’a pas fait ses preuves et les retombées sur le chiffre d’affaires des détaillants indépendants sont minimes.

Position n°2 :
La Fédération Nationale de l’Habillement propose à Madame Sylvia PINEL, Ministre de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme, la révision de l’ensemble de la politique de réduction de prix, jugée insatisfaisante pour plus de 92 % des détaillants indépendants, en prenant en compte les différents modèles économiques.

Pour plus d’informations : www.federation-habillement.fr   

Publié le 04 avril 2013 à 22:35:39 dans Actualité | Commentaires (0) |

Le 12 octobre 2013, se déroulera la Journée nationale du commerce de proximité, de l’artisanat et du centre-ville

Le 12 octobre prochain se déroulera, sur l’ensemble du territoire français, la 9e édition de « La Journée nationale du commerce de proximité et du centre-ville ».

Cette opération de relations publiques et de communication fédère les acteurs économiques de premier plan représentés par les unions commerciales, municipalités, organismes consulaires, organisations professionnelles, partenaires privés. Elle permet d’associer les talents, compétences et énergies de chacun.

L’enjeu est de taille car il s’agit de promouvoir cette économie de la proximité qui participe à la qualité de la vie dans la ville avec pour finalité de :
- Promouvoir les valeurs du commerce de proximité auprès de la population en rappelant aux habitants tout le bénéfice, non seulement économique mais aussi social, induit directement par les activités des commerces de la commune : lien social, emplois de proximité, développement durable, solidarité avec les personnes à mobilité réduite…

- Permettre une rencontre informelle entre la population et ceux qui font le commerce local et faire de cette journée une action de relations publiques et de communication non mercantile.
- Donner un coup de projecteur sur les interrogations et le devenir de l’économie de proximité tout en essayant d’en percevoir les enjeux sociaux.

Cette manifestation se prolonge par le concours du Label national "Commerces de proximité dans la ville" qui récompense une politique volontaire et consensuelle en matière de maintien et de développement des activités économiques au sein de la ville. Ce label prend la forme d'un panneau en entrée de ville et trouve sa place bien souvent au voisinage immédiat de celui des " Villes fleuries" ou des villes Internet".

Quelques chiffres concernant la prochaine édition :
- Près de 250 villes participantes
- 28 départements concernés en métropole et Dom-Tom
- 5 000 commerçants et 15 à 20 000 salariés
- Population concernée : 3 à 4 millions d’habitants

Pour en savoir plus, visitez le site : www.jncp.fr  

Fédération Française Associations Commerçants (FFAC)

Publié le 04 mars 2013 à 19:27:00 dans Actualité | Commentaires (0) |

Arnaques dans les centres de marques

A l’occasion de son magazine 100% MAG, M6 a diffusé le 18 Février 2013 un reportage qui traitait des arnaques dans les centres de marques (magasins d’usine).

Ce reportage réalisé en « caméra cachée » montre les nombreuses « arnaques aux consommateurs » pratiquées dans ces faux magasins d’usines que sont les centres de marques.

Il est montré que certaines offres pratiqués par certaines enseignes sont en inadéquation avec la publicité faite sur les panneaux publicitaires à l’extérieur du centre.

Visonner le reportage.

Il est à noter que le reportage sur les centres de marques se trouve à la fin de l’émission, vous pouvez l’atteindre directement en cliquant sur le dernier rectangle en bas de votre écran.

Fédération Française des Associations de Commerçants / FFAC

Publié le 27 février 2013 à 14:35:07 dans Actualité | Commentaires (0) |

Révision des valeurs locatives foncières

A partir du 12 février 2013, tous les propriétaires de locaux commerciaux vont recevoir une déclaration à remplir au titre de la révision des valeurs locatives.

Dans la déclaration, le propriétaire du local commercial doit préciser :
- le loyer annuel perçu ;
- la ventilation des surfaces entre activités principales et secondaires, celles dédiées aux activités secondaires étant pondérées pour le calcul de la taxe foncière et de la cotisation foncière des entreprises.

C’est sur la base de ces déclarations qu’en 2014 la DGFiP proposera aux commissions départementales des valeurs locatives des locaux professionnels (CDVLLP) :
- les secteurs d’évaluation délimitant des zones homogènes du marché locatif ;
- la grille tarifaire pour chacune des 39 catégories de local professionnel.

Pour aider les propriétaires à établir leurs déclarations, la DGFiP a mis à jour sur www.impots.gouv.fr les informations relatives à la révision des valeurs locatives. Vous y trouverez notamment des fiches sur le loyer annuel et les surfaces à déclarer, ainsi que sur la catégorie d’appartenance du local commercial.

Fédération Française Associations Commerçants / FFAC

Publié le 12 février 2013 à 10:03:54 dans Actualité | Commentaires (0) |

Internet, 1er média commercial dans les TPE !

C’est le principal enseignement de l’enquête réalisée par la FCGA sur la relation client dans les petites entreprises. Objectifs, moyens, types d’actions menées… L’étude du grand réseau expert de la TPE décrypte la manière dont les artisans et les commerçants communiquent avec les consommateurs.

Les professions qui communiquent le plus avec leur clientèle sont la vente-réparation automobile (37%), l’artisanat du bâtiment (35,4%) et le commerce de détail alimentaire (29,4%). Les moins dynamiques en la matière : la beauté-esthétique (16,7%), les services (20%) et l’hôtellerie-restauration (20% également). Parmi les raisons invoquées pour justifier l’absence de communication, c’est le motif économique (absence de budget) qui arrive en tête des arguments avancés (30,2%) par les dirigeants de TPE.

Une priorité : mieux fidéliser les clients

L’objectif numéro 1, pour la très grande majorité des dirigeants de TPE interrogés (60,88%), c’est la fidélisation de la clientèle. Une préoccupation qui reflète parfaitement le contexte hyper concurrentiel dans lequel évoluent aujourd’hui les artisans et les commerçants.

Deuxième motivation principale des entrepreneurs qui communiquent : le développement ponctuel du chiffre d’affaires (33,44%). En pratique, il s’agit de recourir aux techniques du marketing direct ou à la publicité locale pour augmenter le trafic dans le point de vente, susciter des appels téléphoniques... L’accroissement de la notoriété de l’entreprise (27,60%) et l’amélioration de son image de marque (25,32%) arrivent respectivement en troisième et quatrième position.

Des entrepreneurs définitivement conquis par le Web !

C’est la révélation de cette enquête : Internet s’impose désormais comme le premier média commercial dans les petites entreprises ! Les entrepreneurs exploitent d’abord (30,84%) les nombreux atouts des nouvelles technologies pour communiquer avec leurs clients. Une fois de plus, ils démontrent leur extraordinaire capacité d’adaptation à la nouvelle donne numérique.

Concrètement, les actions engagées se déclinent prioritairement sur Internet à travers différents « e-medias » : les sites, les blogs, l’e-mailing et les réseaux sociaux. Efficaces et rentables, ces nouveaux supports semblent avoir définitivement conquis les dirigeants de TPE. Les médias traditionnels (presse, radio, TV) s’attirent les faveurs de plus d’un professionnel sur quatre (25,49%) tandis que les mailings adressés (22,40%) et les courriers sans adresse ou flyers (21,59%) se partagent une proportion comparable d’entrepreneurs.

PLV et promotions sur les prix

La présence en force sur Internet n’est pas contradictoire avec l’animation commerciale du point de vente. C’est d’ailleurs le premier type d’action initié par les artisans et commerçants questionnés (36,20%). PLV, mise en scène des produits, embellissement des vitrines et autres séances de dégustation concentrent une majorité de réponses. Les actions promotionnelles sur les prix arrivent en deuxième position (21,27%) des initiatives préférées des dirigeants de TPE. La création d’événements (14,77%) et la participation à des actions collectives (11,04%) recueillent enfin nettement moins de suffrages.

La Fédération des centres de gestion agréés c’est : 400 000 petites entreprises (TPE) et 114 Centres de Gestion Agréés (CGA) ; 2 000 000 d’emplois salariés et non salariés, 70 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 6 000 experts-comptables correspondants.

Publié le 04 février 2013 à 14:50:08 dans Actualité | Commentaires (0) |

<< |1| 2| 3| 4| 5| 6| 7| 8| 9| 10| 11| 12| 13| 14| 15| 16| 17| 18| 19| 20| 21| 22| 23| 24| 25| 26| 27| 28| 29| 30| 31| 32| 33| 34| 35| 36| 37| 38| 39| 40| 41| 42| 43| 44| 45| 46| 47| 48| 49| 50| 51| 52| 53| 54| 55| 56| >>

Tous les derniers titres

Des solutions adaptées pour les commerçants en matière de santé, prévoyance et retraite

Des solutions adaptées pour les commerçants en matière de gaz et d électricité

Club Avantages

Chiffres clés commerce proximité

Plus de 6 000 associations de commerçants
465 000 commerces de détail
Commerce de détail : 390 Md€
Commerce de détail : 75 Md€ de valeur ajoutée
Emplois : 1,2 millions

Logos Partenaires

 

Rechercher

  • Propulsé par i-citoyen