Coordonnées

Fédération Française des Associations de Commerçants (FFAC)

Siège social :
Conseil du Commerce de France
40 boulevard Malesherbes / 75008 Paris
Contact Presse : Jean-Claude Delorme : 06 09 90 49 25 / Lionel Saugues: 06 25 77 50 46
Secrétariat : 09 50 77 34 54
Courriel : contact@ffacommercants.org
www.ffacommercants.org


Nous trouver Nous trouver

Chiffres clés commerce proximité

Plus de 6 000 associations de commerçants
465 000 commerces de détail
Commerce de détail : 390 Md€
Commerce de détail : 75 Md€ de valeur ajoutée
Emplois : 1,2 millions

Fédération Française des Associations de Commerçants

Albums

Archives

Décembre

DiLuMaMeJeVeSa
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Un «Club-Avantages» de type comité d’entreprise pour les salariés des associations de commerçants

La Fédération Française des Associations de Commerçants soucieuse d’accompagner les associations de commerçants a souhaité innover en proposant à ces dernières pour leurs adhérents et leurs salariés son «Club-Avantages».

Cette opération s’inscrit dans un objectif de valorisation, de développement et de soutien du commerce. Pour mémoire, au niveau national on dénombre de l’ordre de 6 000 associations de commerçants.

Ce «Club-Avantages» permettra aux commerçants et à leurs salariés de bénéficier d’avantages de type comité d’entreprise qui sont en général l’apanage des entreprises de plus de 50 salariés et plus particulièrement des grandes entreprises et administrations.

Ce dispositif, appliqué à l’échelle nationale via une plateforme Internet, participe à rendre au niveau social les métiers du commerce plus attractifs pour ceux qui souhaiteraient y travailler. Il permet également de compléter la politique sociale des commerçants vis-à-vis de leurs salariés. À cet effet, et pour une utilisation simplifiée, la Fédération Française des Associations de Commerçants a développé une plateforme «Club-Avantages» sur Internet dans le cadre d’un partenariat conclu avec une structure spécialisée sur ce type de problématiques.

Parmi les offres proposées par le «Club-Avantages», on peut citer des tarifs préférentiels sur : leurs entrées de spectacles, de concerts, de cinéma, de parcs d’attraction, animaliers, sur leurs abonnements presse, leurs séjours en vacances, leurs traversées en ferry, leurs cures bien-être, leurs locations de matériel, etc. Sans engagement et pour un coût de 2€ seulement par an (correspondant aux frais de création de leur compte et de leur carte membre).

Ce procédé offre des tarifs de 5 à 50 % moins chers que les prix habituels et ce en fonction des produits et des périodes.

Les salariés d’un commerce adhérant à une association de commerçants pourront à tout moment effectuer leur adhésion grâce au site Internet mis en place par la Fédération Française des Associations de Commerçants.

Il s’agit d’une première au niveau national pour le commerce de proximité. À terme, la Fédération Française des Associations de ffacommercants.org Commerçants espère aller encore plus loin en développant un processus d’achats groupés.

Pour plus d'informations : contact@ffacommercants.org / T. 06 42 70 75 29

Publié le 29 novembre 2016 à 09:46:07 dans Actualité | Commentaires (0) |

2015, année de la reprise dans le commerce de proximité ?

Stabilité des ventes et amélioration de la rentabilité !  Ce sont les deux tendances clés du commerce, des services et de l’artisanat du bâtiment en 2015.
C’est ce que révèle l’étude «Chiffres et Commentaires» que vient de publier la Fédération des Centres de Gestion Agrées (FCGA) qui repose sur 76 professions  analysées, 11 secteurs passés au crible,.

En 2015, selon l’INSEE, les ventes TTC du commerce de détail et de l’artisanat commercial (boulangeries, pâtisseries, charcuteries) atteignent 494 milliards d’euros TTC. Soit une hausse de 1,8% en volume par rapport à l’année précédente.

Toujours selon la même source, dans le commerce et la réparation automobile, le chiffre d’affaires bondit de 3,7% et s’élève à 110 milliards d’euros.

Comme en 2014, ce sont surtout les magasins du secteur non alimentaire (+ 2,7%) qui tirent profit de l’amélioration sensible du pouvoir d’achat des ménages. A noter : la remarquable performance des commerces spécialisés en biens culturels et loisirs (+ 3,2%) dont les ventes s’élèvent à 25 milliards d’euros.

LA REVANCHE DES GARAGISTES
L’étude statistique menée par la FCGA sur les exercices clos en 2015 de 183 000 petites entreprises du commerce de détail, de l’artisanat commercial, des services et de l’artisanat du bâtiment met aussi en relief le dynamisme du secteur auto-moto.

Malgré un taux d’activité identique à celui de l’année dernière (- 0,9%), les professionnels de la vente et de la réparation automobile se hissent à la deuxième marche du podium de la rentabilité des TPE en 2015 avec un résultat courant en hausse de 2,1% (contre - 1,9% en 2014).

Une tendance confirmée par l’INSEE qui souligne la «croissance vigoureuse» de ce secteur (+ 3,7% en 2015 selon l’institut public).

Plus généralement, pour l’ensemble des professions analysées, l’étude Chiffres et Commentaires de la FCGA révèle deux tendances majeures :

  • Une stabilité relative de l’activité avec un chiffre d’affaires moyen en baisse de 0,9% (contre - 1,0% en 2014),
  • Une nette amélioration de la rentabilité avec un résultat courant net moyen en hausse relative de - 0,8% (contre - 3,4% en 2014).

LES SERVICES TOUJOURS EN TETE
Sur les 11 secteurs professionnels étudiés, deux seulement présentent un chiffre d’affaires en hausse réellement positive : les services : + 1,4% (contre + 1,1% en 2014) et les transports + 0,9% (contre + 0,9% en 2014).

L’année dernière, les services figuraient déjà en tête des secteurs réalisant les plus fortes progressions de ventes. Les entreprises de la branche enregistrent également un résultat courant en progression de 1,1% (contre - 0,4% l’année précédente).

En 2015, 3 autres familles professionnelles stabilisent globalement leurs ventes par rapport à l’année précédente, avec des variations minimes de volume :

  • L’hôtellerie-restauration : - 0,1% (contre - 0,7% en 2014),
  • Le commerce de détail alimentaire : - 0,2% (contre + 0,5% en 2014),
  • La beauté-esthétique : - 0,2% (contre 0,0% en 2014).

Tandis que les 6 derniers secteurs d’activité affichent des chiffres d’affaires en repli :

  • L’auto-moto : - 0,9% (contre - 0,9% en 2014),
  • L’équipement de la maison : - 1,0% (contre - 2,2% en 2014),
  • La santé : - 1,1% (contre - 0,9% en 2014),
  • La culture et les loisirs : - 1,2% (contre - 1,1% en 2014),
  • Le bâtiment : - 1,4 (contre - 1,5% en 2014),
  • L’équipement de la personne : - 2,4% (contre - 2,1% en 2014).

UNE MEILLEURE RENTABILITE
En moyenne, le résultat courant des petites entreprises chute de - 0,8% en 2015 (contre - 3,4% en 2014). Principale explication à cette amélioration de la rentabilité : des charges mieux maîtrisées et une gestion plus rigoureuse de la trésorerie dans les TPE du commerce, des services et de l’artisanat.

Parmi les plus fortes hausses :

  • Les transports : + 2,2%
  • L’auto-moto : + 2,1%
  • La culture et les loisirs : + 1,2%

Parmi les plus fortes baisses :

  • L’équipement de la personne : - 2,2%
  • La santé : - 1,4%
  • L’artisanat du bâtiment : - 1,3%

LE PALMARES DES REVENUS NETS
Sur le podium des professions qui gagnent le plus en 2015, on trouve :

  • Les pharmaciens d’officine : 144 500 € (2014 : 144 900 €)
  • Les opticiens : 63 000 € (2014 : 60 400 €)
  • Les ambulanciers et les taxis-ambulances : 61 400 € (2014 : 52 000 €)

Et aussi…
Les débitants de tabacs-jeux-journaux (46 200 €), les prothésistes-dentaires (45 800 €), les cafetiers et débitants de tabacs-jeux (44 600 €), les agents immobiliers (39 700 €)…

En bas de tableau, les trois professions qui gagnent le moins sont :

  • Les coiffeurs à domicile : 11 000 € (2014 : 10 800 €)
  • Les toiletteurs animaliers : 12 500 € (2014 : 12 300 €)
  • Les exploitants de mercerie :14 300 € (2014 : 13 700 €)

Et aussi…
Les esthéticiennes (14 800 €), les blanchisseries-pressing (15 700 €), les esthéticiennes-parfumerie (15 800 €) et les coiffeurs (17 900 €) …

Pour information, la Fédération des Centres de Gestion Agrées (FCGA) c’est près de 300 000 petites entreprises (TPE) et 103 Centres de Gestion Agréés (CGA)

Publié le 25 octobre 2016 à 14:37:44 dans Actualité | Commentaires (0) |

Orléans accueillera les 29 et 39 juin 2017 la 12e édition des Assises Nationales du Centre-Ville



Les Assises Nationales du Centre-Ville sont devenues, au fil des années, un rendez-vous incontournable pour les Élus locaux, les consulaires, les managers de centre-ville et plus généralement toutes les personnes investies dans le renouveau des cœurs de ville.

C’est dans ce cadre, que jeudi 29 et vendredi 30 juin 2017 se déroulera, à Orléans, la 12e édition de ces Assises Nationales.

Il s’agit d’un événement unique en Europe, qui permet aux Élus locaux ou à leurs représentants de rencontrer en direct des enseignes nationales, des fédérations nationales (bouchers, poissonniers, fruits et légumes…), des franchiseurs …

Centre-Ville Dating, sera pour la deuxième année organisé en parallèle du Salon le mercredi à 17 heures 30. Ce rendez-vous original permet en quelques minutes de mettre en relations les Élus locaux avec les Fédérations de commerces…

En parallèle des Assises, se déroulera une nouvelle édition du Salon Centre-VillExpo qui devrait accueillir une soixantaine d’exposants.

Pour mémoire, Jean-Claude Delorme, le Président de La  Fédération Française des Associations de Commerçants figure parmi lesA dministrateurs de Centre Ville en Mouvement. 

Fédération Française des Associations de Commerçants

Publié le 13 octobre 2016 à 14:08:28 dans Actualité | Commentaires (0) |

Les Présidents de l’APVF et de CCI France signent une déclaration commune en faveur de la redynamisation des commerces dans les centres villes et les centres bourgs

Olivier DUSSOPT, Député de l’Ardèche, Maire d’Annonay et Président de l’Association des Petites Villes de France, et André MARCON, Président de CCI France, ont signé le 28 septembre 2016 une déclaration commune dans le but d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur l’importance de leur action mutuelle et les moyens qui y seront alloués pour agir en faveur de la redynamisation du commerce dans les centres-villes.

Par cette déclaration, l’APVF rappelle le rôle essentiel des CCI en matière d’accompagnement de proximité et souligne la pertinence des outils mis en place dans les CCI pour faciliter l’implantation de nouveaux commerces en centre-ville tels que l’observatoires du commerce et de l’immobilier d’entreprise, l’accompagnement à la mise en œuvre de la préemption commerciale, la plateforme collaborative «Ouikicommerce» ou le co-financement de manager de centre-ville.

De plus, CCI France et l’APVF appellent à l’indispensable abondement du FISAC dont la très forte diminution du montant ces quatre dernières années a pénalisé le développement des commerces dans les petites villes. Afin de donner toute son efficience à ce fonds dédié à l’implantation et à la redynamisation commerciale, les deux réseaux proposent l’abondement du FISAC par la TASCOM et la régionalisation du fonds, en collaboration avec l’ensemble des acteurs concernés. Ces deux mesures plaident pour plus de proximité et d’efficacité dans l’attribution de l’aide financière.

Au-delà de leur action en faveur du commerce de proximité, le réseau des CCI et l’APVF souhaitent développer leur collaboration en matière d’urbanisme et de tourisme pour redynamiser les petites villes dans une démarche plus globale.

Pour plus d’informations : http://www.apvf.asso.fr/

Publié le 30 septembre 2016 à 17:09:13 dans Actualité | Commentaires (0) |

Dates des soldes pour l’année 2017

En 2017, les soldes d’hiver se dérouleront du mercredi 11 janvier au mardi 21 février inclus . Les soldes d’été auront lieu du mercredi 28 juin au mardi 8 août.
Il est à noter que des dates dérogatoires sont appliquées à certains départements frontaliers et en outre-mer (sauf à Mayotte où les soldes ont lieu aux mêmes dates qu'en métropole).

La durée officielle des soldes nationaux est de 6 semaines et les commerçants sont soumis à des obligations concernant les produits soldés et l'affichage des prix en promotion.

Réglementation des soldes
Pour solder leurs produits invendus, les commerçants sont autorisés à pratiquer des soldes deux fois au cours d'une année civile, dont les dates sont fixées par la réglementation (soldes d'hiver et soldes d'été). La pratique des soldes est strictement encadrée et les commerçants doivent respecter de nombreuses contraintes, concernant notamment les périodes autorisées ou les produits soldés.

Il n'y a pas de démarche particulière à effectuer pour procéder à des soldes dans les périodes réglementaires : ni autorisation, ni déclaration préalable.

Les produits soldés doivent avoir été proposés à la vente et payés depuis au moins 1 mois avant le début des soldes. Il est interdit de procéder à un approvisionnement spécialement destiné aux soldes quelques jours avant la date de début de l'opération commerciale, sans que les produits aient été proposés à la vente au préalable.

Dans le magasin, la distinction entre les articles soldés et non soldés doit clairement apparaître aux yeux des consommateurs : étiquetage précis, localisation séparée dans le magasin, etc.
En ce qui concerne les défauts de fabrication non apparents ou le service après-vente, les limitations de garanties sur les articles soldés sont interdites.

La mention «Pendant les soldes, ni repris, ni échangé» est abusive. En cas de vice caché, le vendeur est dans l'obligation de remplacer l'article ou de le rembourser. S'il n'y a pas de vice caché, le commerçant n'est pas tenu juridiquement de procéder à l'échange ou au remboursement, mais il peut le faire à titre commercial.
Le commerçant est tenu d'appliquer toute disposition relative à l'échange ou au remboursement dont il fait la publicité, soit sous forme d'affichage dans le magasin, soit mentionnée sur les tickets de caisse ou sur d'autres supports. Sinon, il est passible du délit de publicité trompeuse.

En dehors des périodes légales de soldes, les commerçants peuvent proposer tout au long de l'année des opérations promotionnelles avec une réduction de prix, qualifiées de promotions de déstockage ou de ventes privées, sur les marchandises pour lesquelles ils ne reconstituent pas de stocks, dès lors que le terme soldes n'est pas utilisé et qu'ils ne pratiquent pas de vente à perte.

Ces ventes s'adressent à une clientèle par définition restreinte (par exemple, clientèle titulaire d'une carte de fidélité) et les promotions qui y sont pratiquées n'ont pas vocation à s'appliquer à l'intégralité de la clientèle.

Le fait de proposer juste avant les soldes une prétendue vente privée qui s'adresse en réalité à une très large clientèle est de nature à constituer une pratique déloyale.

Source : https://www.service-public.fr/

Publié le 22 septembre 2016 à 17:49:07 dans Actualité | Commentaires (0) |

1| 2| 3| 4| 5| 6| 7| 8| 9| 10| 11| 12| 13| 14| 15| 16| 17| 18| 19| 20| 21| 22| 23| 24| 25| 26| 27| 28| 29| 30| 31| 32| 33| 34| 35| 36| 37| 38| 39| 40| 41| 42| 43| 44| 45| 46| 47| 48| 49| 50| 51| 52| 53| 54| 55| 56| 57| 58| >>